Le retour du snobisme viticole

Avez-vous jamais croisé le regard offusqué d’un quidam auquel vous auriez imprudemment confié votre préférence pour accompagner votre poisson d’une bouteille de rouge bien frais ?

N’aurait-on jamais affirmé péremptoirement devant vous – »moi je vous laisse les plus grand crus du monde pour un seul verre de Clos La Pomponnette de
Machinchose ? Non, je ne vous donnerai pas l’adresse, le propriétaire met quelques bouteilles de côté pour moi et garde ce qui reste pour lui »- ?

Ou bien : - »Pichegru élabore pour moi une cuvée à mes spécifications : jamais plus de deux grappes par pied et trois graines par grappe, cent coccinelles et quarante deux sauterelles à l’hectare, vendange manuelle (gants de filoselle uniquement) cuve équipée de chaussettes tricotées à Roanne pour amortir la chute des graines. »-

Ou encore – »Depuis que le père Pichegru est mort, je ne bois plus que de l’eau (variante) plus personne ne sait faire du vin »- ?

Enfin :-  »Pour moi les ’29 dépassent tout mais Parker tient les ’28 pour plus grands. Qui ? Parker. Parker… ? Ah…Robert ! »-

Il se peut que ces propos et bien d’autres encore du même acabit, aient été tenus devant vous par nombre d’interlocuteurs différents et pourtant ils n’émanent que d’une seule et même personne omniprésente dans notre petit Landerneau – UN SNOB – !

Je vous en parle en connaissance de cause : j’en suis un, moi aussi, tout comme VOUS !

### En musique ça donne ça :

 
Post by admin

Comments are closed.