500 000 gueules de bois

## Depuis quelques jours les amateurs de vin sur la toile s’agitent, un rapport ministériel de la Mildt (Mission interministérielle de la lutte contre la drogue et la toxicomanie) annonce un durcissement de la législation sur le vin, notamment sur internet.

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe : après avoir voulu taxer le vin, ils veulent maintenant l’interdire sur internet ! La Mildt fait état d’un projet prévoyant :

– une interdiction de parler du vin sur internet
– une interdiction de parler positivement du vin dans les médias
– une taxation du vin au nom de la santé publique
– une radicalisation du message sanitaire
– un durcissement des mentions sanitaires sur les étiquettes

### cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr
![](media:9673 500x)
C’est ainsi que l’association Vin & Société présente les choses sur le site de réaction qu’elle a lancé jeudi dernier : cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr. Nombreux sont ceux qui ont cru à un canular. Une interdiction de parler du vin sur internet ? Inconcevable. Il n’a pas fallu longtemps pour voir les principaux chantres des bienfaits du vin se mobiliser et s’insurger face à cette surprenante mesure.

Et pourtant malgré les 150 000 visiteurs uniques qui se sont rendus sur le site en l’espace de trois jours, ainsi que l’annonce, comique s’il en est, d’une « erreur de maquette ». Il ne s’agirait en fait que d’une vulgaire erreur de copier-coller. Les 500 000 professionnels du vin pour qui Vin & Société a lancé cette campagne, rient jaune. Cela ne change pas tout pour autant, les rumeurs autour d’une plus forte taxation du vin prennent de l’ampleur, et l’on parle toujours d’une révision de la loi Évin qui n’épargnerait pas le vin.

### Un gouvernement saoul et muet

Pendant ce temps là, le gouvernement fait profil bas. [Cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr](http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrançais.fr  »site ») interpelle pourtant directement le Président de la République et son fidèle Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault en leur rappelant que la filière viticole est le deuxième secteur d’exportation français, et qu’ils sont 500 000 à en vivre en France. Difficilement négligeable alors que les mesures pour lutter contre le chômage se multiplient et que l’on nous appelle à se serrer les coudes…

Ce délaissement des politiques n’est pas à imputer à l’ensemble de la majorité présidentielle et des parlementaires. D’aucuns se soulèvent et font part de leur agacement face à la chasse aux sorcières qui est systématique lancée à l’encontre du vin en France. C’est notamment le cas de François Patriat, sénateur-président PS du Conseil Régional de Bourgogne qui déclare : « Ces préconisations de la Mildt ont été transmises au Premier ministre et je pense, et je souhaite, que cela en reste là. Je ne vois pas une majorité au Sénat capable de voter un tel projet de loi. Je m’opposerai farouchement à toute nouvelle législation qui viendrait durcir la loi Evin dans le domaine de la communication ». Mais si François Patriat aime sa Bourgogne, sa terre, et les merveilleux vins qui y voient le jour, il est difficile de ne pas le trouver bien seul à défendre la viticulture dans ce méli-mélo pseudo idéologique qui anéantit lentement mais sûrement (trop sûrement, trop facilement) notre compétitivité, nos artisans, notre attractivité, notre tourisme, le vin français. Notre identité en somme.

### De la balle dans le pied au suicide culturel

Parler du vin comme d’une drogue qui serait « nocive dès le premier verre » (!!), en termes de toxicologie, c’est un peu comme parler de Mozart en termes de décibels, des livres de Victor Hugo en termes d’arbres abattus pour faire du papier, ou des tableaux de Monet comme de biens bousiers n’ayant de valeur qu’en tant qu’objet de spéculation. C’est une annihilation de la culture. C’est la réduire au néant.

Les quelques rares interventions de députés, ou sénateurs ne suffisent pas, et l’on ne constate toujours pas la moindre inflexion dans le discours du gouvernement qui semble vouloir se faire tout petit et éviter le plus possible de se mettre en danger sur ce terrain glissant.

### L’Omerta Politique laisse le Front National seul défenseur de la cause vin
![](media:9676 500x)
_(photo laurent theillet pour Sud-Ouest)_

Il ne s’agit pourtant là que de faire preuve d’un peu de bon sens. L’omerta de la classe politique en place comme de l’opposition, qui refuse encore de se prononcer sur le sujet du vin, a laissé, le Front National s’en emparer. Voici le communiqué de presse officiel du parti de Marine Le Pen sur son site :

“Pour la seconde fois en un an, la perspective d’une nouvelle taxe sur le vin ébranle le monde viticole. Le Front National ne peut que se scandaliser de la légèreté avec laquelle les ministres socialistes traitent ce secteur aussi important pour notre pays du point de vue de l’économie (second poste à l’exportation) que de la culture et du patrimoine. Envisager une nouvelle offensive à son encontre, c’est à la fois remettre en cause le travail et les investissements réalisés afin de rester une référence mondiale d’excellence, mais aussi oublier aussi que nombre de viticulteurs connaissent des difficultés financières, difficultés encore aggravés cette année du fait de violents épisodes de grêle.
Quant à l’idée de durcir la loi Evin en limitant la présence du vin sur internet, elle est tout à fait absurde. Comme l’a encore dit Marine Le Pen lors des dernières festivités du Beaujolais nouveau, le bon sens voudrait au contraire que cette loi soit abrogée, ou, au minimum, que le vin et les alcools de terroir en soient retirés”.

Verra-t-on François Hollande s’exprimer prochainement et rassurer une filière qui traverse une période difficile ? Verra-t-on les français continuer de se mobiliser et remettre en cause cette loi qui ressemble à un canular tellement l’acharnement des hygiénistes tourne au ridicule ?

Le vin et la vigne ne sont-ils pas assez emblématiques de la France à travers les continents et sinon une part de notre identité, une part indéniable de notre histoire et de nos paysages, pour laisser ce sujet et ce secteur aux seuls discours des extrémités de l’échiquier politique français ?

Notre économie se meurt, notre compétitivité s’étiole petit à petit, notre patrimoine risque bien d’être le seul trésor qu’il nous restera, arrêtera-t-on de cogner dessus un jour ?
Depuis la semaine dernière, c’est 500 000 personnes, viticulteurs et professionnels du monde du vin qui ont la gueule de bois, et ce n’est pas à cause de ce qu’ils ont bu !

#### « Le pire est toujours certain » Montherlant

#### FRANÇOIS PHILIPPONNAT

 

oct 01, 2013

admin

Actualités

1

Post by admin

One Response to 500 000 gueules de bois

  1. Edouard

    Bonjour Jacques,

    Il y a eu beaucoup d’infos ces derniers jours et on a voulu attendre un peu avant d’en parler ici. Les choses s’arrangent et tant mieux.

    Quelqu’un a dû se faire du souci en HAUT-LIEU pour la courbe du chômage et probablement aussi pour les bulletins de vote aux prochaines municipales, car bien que le Conseil Interministériel du 19 septembre ait validé ces dispositions du Plan du MLDT pour 2013-2017, la chargée de com. a été priée de rétropédaler illico en passant le grand braquet. OUF ! Merci, mon capitaine ! 😉

    Mais ce retournement de situation ne fait pas de ce texte une chronique périmée. Si il y a eu rétropédalage il n’y a eu qu’une vague explication (un problème de raccourci clavier) et pas de déclaration officielle.

    Quelle est la position réelle du gouvernement sur le vin en France, quelle est la position de l’opposition ?? Silence radio pour l’instant… En attendant on laisse le Front National s’emparer du plus grand des bons sens.

    J’ai lu votre billet de ce jour à ce sujet et vous avez peut être raison de dire que cette mobilisation n’était qu’un plan de com’ et que cela fait le jeu de ceux qui sont en face, que tout ça ressemble à du lobbying mais faut-il se taire à chaque fois que l’on prend un coup ?

    Je crois qu’il y a surtout un grand ras-le-bol et que cette bourde l’a juste amplifiée.

    View Comment