55% du vignoble bourguignon vendangé mécaniquement

Les machines à vendanger sont désormais majoritaires en Bourgogne avec une augmentation de 20% en 10 ans, ce qui représente aujourd’hui plus de la moitié du vignoble de la région (55%). Cette augmentation s’accompagne de la progression de la taille moyenne des exploitations qui passe de 5,4 hectares à 7,6 hectares sur la même période. Pendant que les petites exploitations disparaissent, les grandes s’agrandissent. Le vignoble bourguignon a également subi une augmentation de près de 4.5% en dix ans et représente aujourd’hui 3.8% du vignoble français.

Dans les régions viticoles françaises, les machines à vendanger sont apparues dans les années 70. Déjà victime d’une mauvaise réputation, ces machines sont encore pointées du doigt aujourd’hui car un grand nombre doute de la qualité du raisin après leur passage. Ces détracteurs affirment également que les machines à vendanger dégradent le sol ou la vigne si elle est un peu fragile.

###  »Quand on vend du vin, on vend du rêve »

La Champagne et le Beaujolais sont les deux régions viticoles où la pratique de vendanges manuelles est obligatoire. En Bourgogne, depuis un an maintenant, 5 Grands Crus de Côtes de Nuits, qui pratiquent déjà des vendanges exclusivement manuelles, souhaitent interdire les vendanges à la machine pour l’ensemble des Grands Crus de la région d’ici 2014, en envisageant une réforme du cahier des charges. Sur le [blog de Laurent Gotti](http://hospices-beaune-lelivre.over-blog.com/article-grands-crus-la-machine-a-vendanger-fait-debat-74770900.html  »post de mai 2011 »), selon Louis-Michel Liger-Belair, Président de l’Union des Grands Crus de Bourgogne:  »les études ont montré que la qualité d’une vendange mécanique est inférieure à celle d’une vendange manuelle. Les Champenois et les producteurs de crémants de Bourgogne l’ont interdite, nous pouvons nous permettre de l’interdire nous aussi! ».
Dans Decanter, il confiait : «5 % des Grands Crus bourguignons ont recours à des machines à vendanger, mais ça suffit à ternir notre image (…) Quand on vend du vin, on vend du rêve».

Les Grands Crus monopoles tels que la Romanée Conti, La Tâche, Clos de Tart et la Grande Rue, se sont tournés vers l’INAO (l’Institut des appellations) pour faire accepter cette réforme. En tant que monopoles, ils n’ont pas besoin de l’accord des autres vignerons des Grands Crus pour modifier le dit cahier des charges. Le propriétaire de la Romanée déclare qu’à cause de la machine le tri du raisin est ensuite difficile. Il souligne les dégâts causés non seulement sur les raisins mais aussi sur les ceps secoués et plus particulièrement sur le Pinot noir, très fragile et qu’il ne faut surtout pas malmener.
Selon Laurent Gotti: « plus les raisins sont mis en cuve frais, et parfaitement intacts, plus les chances de produire un grand vin sont importantes.»

Certains puristes, luttent aujourd’hui pour que les vendanges mécaniques disparaissent car selon eux l’ambiance des vendanges manuelles contribuent au « folklore » de l’élaboration du vin.

Pourtant, l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) a démontré que les vendanges réalisées à la main et à la machine avaient des résultats similaires. Mais dans certains cas, la machine ne peut être utilisée : les fortes pentes (beaucoup en Bourgogne), la sensibilité de certains cépages comme le Pinot Noir (très utilisé dans la région). Pour les partisans une machine bien conduite peut faire un meilleur travail qu’une mauvaise équipe de vendangeurs.

Aujourd’hui les machines ont beaucoup évolué et il est impossible, pour l’amateur, de détecter un vin élaboré à partir de vendanges à la main ou à la machine. Dans certains cas, les vendanges mécaniques sont nécessaires pour récolter le raisin à parfaite maturité lorsque la constitution d’une équipe de vendangeurs est difficile à faire (la nuit par exemple).

 

jan 09, 2012

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.