A quand la bouteille de vin générique ?

Depuis l’œuf de Christophe Colomb personne n’avait eu une idée aussi géniale que la solution trouvée par Madame Marisol Touraine, notre ministre de la Santé, pour mettre une fois pour toutes fin à nos affligeantes addictions.

Le Paquet Générique puisque tel est son nom, pourrait bien donner le jour à toutes sortes d’applications dérivées qui résoudraient à coup sûr les problèmes conflictuels au milieu desquels nous nous débattons lugubrement.

Personne n’avait pensé qu’il suffisait d’imposer le même habillage à toutes les marques de cigarettes pour éradiquer le tabagisme.

Maintenant que, grâce à Madame Touraine, nous le savons, je suppose que l’Exécutif ne va pas s’arrêter en si bon chemin.

Je verrais assez bien la même bouteille opaque étiquetée de la même tête de mort pour tous les vins tranquilles et effervescents. Cela éviterait au moins les contestations qui affligent les différents classements.

A partir du moment où toutes les automobiles admises à rouler dans l’hexagone auraient la même carrosserie (grise ? noire ? caca-d’oie ?) au capot identiquement orné du même cercueil menaçant, je ne vois pas pourquoi nos constructeurs nationaux iraient fabriquer les leurs à l’étranger ni même pourquoi finalement on continuerait à acheter des automobiles.

Pour faire court, disons que si tout devenait uniformément semblable, de la blouse grise de tous les écoliers au vestiaire de leurs parents en passant par la feuille de paie, il n’y aurait plus ni lutte des classes ni problèmes de consommation.

Resterait à régler la question de la politique. Après le Paquet Générique, pour en finir avec les soucis, on pourrait aussi adopter le Parti Générique.

Il paraît que certains y ont déjà pensé.

_photo : la bouteille  »Boire tue » de Pascal Simonutti un vigneron roi de la provoc’_

 

juin 04, 2014

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.