Afrique du Sud : le pari du tourisme comme moteur de l’exportation des vins

## De nombreuses entreprises viti-vinicoles de la région du Cap disposent de structures oenotouristiques d’exception.
La plupart des wineries se trouvant sur des routes de vins (celles de Franschhoek, Paarl, Stellenbosch… on en compte une vingtaine en Afrique du Sud) ont non seulement un cadre de dégustations flambant neuf, mais aussi des jardins parsemés d’oeuvres d’art contemporain, souvent un restaurant gastronomique, parfois des chambres d’hôtes…  »En 2009, le tourisme lié au vin a apporté environ 4,3 milliards de rands (approximativement 440 millions d’euros selon le taux de change de l’époque), et nous croyons qu’il a encore un grand potentiel de croissance », a déclaré le ministre du Tourisme Marthinus van Schalkwyk.

Si les vignerons utilisent ces activités pour diversifier leurs sources de revenus, ils cherchent également à améliorer leur image (en personnifiant le domaine, en y associant des expériences…) et à renforcer leurs positions à l’export. 55% de la production de vins sud-africains était exportée en 2009. Sur la période avril 2010-mars 2011, 3 683 583 hL de vins ont été exportés, contre 3 945 588 hL sur la période avril 2009-mars 2010. Ce serait la force du rand (la monnaie sud-africaine) qui serait la cause de cette diminution (-7%) rendu les vins sud-africains plus chers.

Sur la période avril 2010-mars 2011, les trois premiers marchés en volume de l’Afrique du Sud restent :
– le Royaume-Uni, avec 1 014 995 hL de vins importés en vrac et embouteillés. Les vins blancs représentent 46% des importations, les vins rouges 42%, le reste représentant les rosés,  »blanc de noir »…
– l’Allemagne (706 069 hL). Les vins rouges comptent pour 51% des importations, les vins blancs 38%;
– la Suède (373 412 hL). Les vins rouges y représentent 60% des importations, les vins blancs 37%.

La stratégie actuelle de l’organisation Wines Of South Africa (WOSA) est de s’implanter et se développer sur de nouveaux marchés. Parmi les cibles : l’Asie est toute particulièrement visée.  »La Chine est encore un petit marché, mais avec des taux de croissance de 70 à 80% », a déclaré Andre Morgenthal (directeur de la communication de WOSA) à l’AFP. Sur la période avril 2010-mars 2011 la Chine occupait la 12e place des pays importateurs en terme de volume (44 240hL sur la période avril 2010-mars 2011). Selon l’AFP, l’interprofession aurait aussi des vues sur l’Inde (qui n’est jusque là pas présente dans le top 25 des pays importateurs de vins sud-africains).
 »C’est un projet à long terme. Le défi est d’apprendre aux gens à boire du vin, et d’apporter une culture alliant gastronomie et vin, parce qu’ils n’ont pas l’habitude de boire des boissons alcoolisées aux repas. »

Sources : AFP 2011 et SAWIS 2011

 
Post by admin

Comments are closed.