Archaitecture

## Vous décidez de construire un nouveau chai. Tant qu’à investir dans un gros chantier, vous aimeriez qu’il serve aussi à promouvoir l’image de votre cru.

Donc vous confiez le projet à une très grande signature du monde de l’architecture après avoir pris le soin de lui préciser exactement vos besoins et les écueils que vous vouliez éviter.
De telles options ne paraissent simples que sur le papier.

En dépit du cahier des charges que vous avez établi mais au bout d’un long parcours consommateur de temps et au moment où les travaux doivent commencer, vous vous retrouvez avec un édifice en devenir correspondant à ce que précisément vous souhaitiez éviter. Vous êtes, à juste titre, contrarié. D’où une explication orageuse avec l’homme de l’art.

Nullement contrit, celui-ci répond –‘ ah, oui ? Nous avons été pris par le temps, je n’ai pas pu intervenir personnellement sur l’esquisse initiale ‘- ! (Jean Nouvel au Figaro à propos du projet de château La Dominique).

Le Corbusier écrivait à un de ses grands clients et mécènes (Madame de Montmollin) qui se plaignait d’avoir de l’eau dans toutes les pièces de sa villa sauf dans les salles de bain, qu’elle devrait se contenter d’habiter une maison géniale et considérer l’inconfort comme partie du prix à payer pour avoir le droit d’y vivre.

En ce moment beaucoup d’électeurs se demandent si l’architecte en chef qu’ils ont envoyé à la tête de l’état, a bien écouté ce qu’ils lui demandaient.

En politique aussi il y a un prix à payer. Les électeurs s’en aperçoivent maintenant. Toute la question est de savoir s’ils feront appel au même architecte la prochaine fois.

_Photo : Jean Nouvel pose dans le célèbre vignoble de Saint-Emilion devant son nouvel ouvrage : le Château La Dominique © JEAN-PIERRE MULLER / AFP_

 
Post by admin

Comments are closed.