Cachez moi ce vin que je ne saurais voir à la télévision

Le conseil d’Etat jette un voile sur le projet Deovino après l’accord du CSA un an plus tôt.

L’idée d’une chaine de télévision française sur le vin date de 2009 avec la chaine Edonys. Un programme qui n’a pas obtenu l’autorisation du CSA dû aux dégustations de vins présentes dans l’émission.

Le projet de voir apparaitre une chaine sur le vin en France paraissait alors impensable.

Mais l’envie de mettre le vin à l’honneur à la télévision est remis au goût du jour avec la chaine deovino qui, en juin 2011, conclut une convention d’émettre avec le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) sous certaines conditions.

### Revirement de situation pour Deovino
![](media:7776 500x)
La société de production de la chaine, Maya Media, s’était engagée l’année dernière à « exclure la dimension publicitaire et promotionnelle du vin et des boissons alcooliques ; pas d’éléments spécifiquement laudatifs, complaisants ou promotionnels en faveur du vin et des boissons alcooliques ; diffusion d’émissions de prévention contre l’abus d’alcool ».

Interviewé par Wine Paper lors du Salon Vinexpo, le président de la chaine, Philippe Bernard, s’expliquait sur son projet : _« Nous axerons nos reportages sur les gens travaillant dans les vignes, sur l’histoire de la viticulture, les passionnés, nous aborderons aussi les accompagnements du vin, mais aucune dégustation ne sera proposée à l’antenne. »_

La chaine, dotée d’un budget de 5 millions d’euros par an, était alors autorisée à émettre en France puis dans 36 pays étrangers dès octobre 2011.

Mais un an plus tard, c’est la douche froide pour Philippe Bernard.

### Deovino déjà en infraction avant même la première diffusion ?

En juillet 2012, le Conseil d’Etat annule l’autorisation du CSA donnée en 2011 considérant que la chaine Deovino viole la loi Evin qui interdit toute publicité en faveur des boissons alcooliques. Selon le Conseil d’Etat, la chaine est entièrement dédiée au vin et elle consisterait donc à faire la promotion du vin à la télévision.

Phillipe Bernard répond alors sur le site de Deovino, déconcerté : « Que l’on puisse, par anticipation, juridiquement décider que nos émissions ne respecteraient pas le Code de Santé Publique. Cela revient à vous contrôler au volant de votre voiture à l’arrêt, et de décider de vous retirer votre permis de conduire parce que l’on soupçonne que vous allez bruler un feu rouge à un kilomètre de là … ».

Deovino devait pourtant être la première chaine française sur le vin mais face à ce projet rejeté par le Conseil d’Etat, difficile d’imaginer que de tels programmes pourront un jour apparaître sur nos écrans.

### Le vin à la télévision, Oui mais… à l’étranger !

Après rejet de son projet par le CSA, Edonys fait le choix début 2011 d’émettre sa chaine au Luxembourg et c’est un succès.

Les pays étrangers, soumis à moins de restrictions, s’avèrent être le plan B idéal pour ces chaines, avides de faire découvrir leur univers de prédilection.

Et nombreux sont ceux qui choisissent cette solution, si l’on en croit ce talk show américain exclusivement consacré au vin !

Tout le monde ne fait pas l’amalgame entre publicité et incitation, et découverte et partage.
Ces chaines sur le vin tentent de prouver tant bien que mal leur volonté de faire découvrir, apprendre, intéresser, transmettre leur passion, sans aucun caractère de propagande et dans le cadre d’une consommation raisonnée.

Une situation qui démontre un paradoxe évident : la France, riche de sa gastronomie et de ses vins particulièrement, choisit de ne pas inculquer leur histoire et leurs valeurs à travers un média aussi puissant.
La France ne se tirerai-t-elle pas une balle dans le pied en mettant un voile sur l’une des richesses de son pays.

Les amateurs de vin n’ont pas attendu ces réponses et ont opté pour une solution efficace et parfaitement légale : la Web TV. Parce que sur Internet, pas question de loi Evin ! Du moins, pas encore on l’espère.

 

juil 23, 2012

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.