Château Brown

Home » Château Brown

Jean-Christophe Mau : Depuis 2005, date depuis laquelle je gère la propriété, je suis convaincu de son terroir d’exception, propice à l’épanouissement des cabernets, et je m’efforce d’en extraire le meilleur pour des vins précis et représentatifs de l’appellation Pessac-Léognan. Le Château Brown mérite qu’on le pilote comme un Grand Cru de Bordeaux, à la vigne, comme dans sa politique commerciale – la qualité de nos vins et les récompenses régulières que nous obtenons en attestent.


 

HISTOIRE

Le château Brown, comme son nom l’indique, témoigne du lien étroit qui a toujours existé entre la région bordelaise et les Anglo-Saxons. Créé à la fin du Moyen-Âge alors que l ‘Aquitaine était anglaise, le Château Brown doit son nom au riche négociant écossais John Lewis Brown, qui s’établit à Bordeaux à la fin du XVIII ème siècle. Passionné de vins et d’art, cet épicurien transmit, outre son patronyme, ses passions à son petit-fils, le peintre animalier John Lewis Brown.

Au fil des siècles, les propriétaires se succèdent à Château Brown et le domaine connaît une alternance de gloire et d’oubli. Il faut attendre la fin du XX ème siècle pour le voir recouvrer tout son lustre, sous l’impulsion de Bernard Barthe, maître des lieux durant la dernière décennie.

En décembre 2004, celui-ci choisit de remettre son « oeuvre » entre les mains d’une célèbre dynastie de négociants, inscrits depuis 1897 au premier plan de l’histoire viticole bordelaise: les Mau, qui s’associent alors à la famille hollandaise Dirkzwager. Lorsque l’on découvre son vignoble aux pentes douces, son histoire presque millénaire et sa majestueuse bâtisse où sont encore conservées les plus belles toiles de J. L. Brown, on comprend la passion que Château Brown suscite chez Jean-Christophe Mau, l’actuel gérant. Il s’y consacre aujourd’hui tout entier, porté à la fois par l’expérience de ses aïeux et ses convictions de jeune viticulteur, mais également par une fascination profonde pour ce lieu au passé exceptionnel.

 

2005 : UN VIRAGE POUR LA PROPRIETE

2005 n’a pas seulement été un millésime exceptionnel, mais l’année où Jean-Christophe Mau a pris les rênes de la propriété, décidant de s’entourer de Stéphane Derenoncourt, comme œnologue-conseil pour ses vins rouges. Ces deux hommes se retrouvent dans la même philosophie du gérant : « 90% du potentiel d’un millésime se joue dans la vigne ». D’où la mise en œuvre de processus très précis depuis cette date, par JC Mau, engagé aussi bien dans la viticulture que la vinification. A la vigne, de nombreux travaux manuels sont réalisés afin de maîtriser les rendements et se préparer aux conditions climatologiques des millésimes : labour, ébourgeonnage, effeuillage et vendanges en vert quand les conditions le nécessitent.
Au moment des vendanges, des contrôles de maturité, par dégustation des baies, sont systématisés.
C’est ainsi que la qualité des vins du Château Brown n’a eu cesse d’augmenter et que le château est aujourd’hui devenu un habitué des podiums, pour son rouge comme son blanc.

 

LE TERROIR

 

– La Situation

Aux portes de Bordeaux, Château Brown s’étend sur trois communes : Gradignan, Villenave-d’Ornon et Léognan. La proximité de la ville lui fait bénéficier d’un climat doux, propice à la maturation du fruit, et donc à la qualité du vin. Situé sur le plus ancien terroir du vignoble bordelais, les Graves du Nord, Château Brown se trouve au cœur même de la très célèbre appellation de Pessac–Léognan.
 

– L’encépagement

Riche de 63 hectares de terres, le domaine, planté en moyenne à 7 400 pieds par hectare, se partage en 23,5 ha en pour les rouges (55% cabernet sauvignon, 40% Merlot, 5% Petit Verdot) et en 4,5 ha pour les blancs (70 % Sauvignon, 30% Sémillon).
 

– Le sol et l’exposition

La moitié du vignoble se répartit sur deux croupes graveleuses, parfaitement exposées, au partage de l’Olivier et l’Eau blanche, les deux rivières qui drainaient les Graves. Une des croupes culmine à vingt-trois mètres d’altitude, à l’extrême sud du domaine. La seconde occupe la moitié nord du domaine. Les parcelles les plus hautes, les mieux drainées, les mieux exposées et les plus précoces, sont consacrées au Cabernet-Sauvignon. Le Merlot occupe un sol argilo-graveleux, et on a réservé aux vignes de blanc les terres les plus argileuses. Le terroir, dans son ensemble, est constitué d’une majorité de graves fines, réparties dans l’alios, matériau plus ou moins sableux ou ferrugineux qui permet de compenser les effets de la topographie et de créer une diversité de situations parcellaires propice aux vins.
 

VINIFICATION ET ELEVAGE

 

– Les vins blancs

Les grappes arrivent au cuvier dans un parfait état pour y être directement pressurées à l’aide d’un pressoir pneumatique, idéal pour ne pas écraser les pépins.

Maintenus en cuve inox de 50 Hl à une température de 6 C°, les jus, ainsi débourbés et donc naturellement clarifiés, feront ensuite leur fermentation alcoolique en barriques (dont 50% de bois neuf), cépage par cépage mais également parcelle par parcelle.
Élevés sur lies fines, les vins, qui mûrissent ainsi en barriques (en grande partie bourguignonnes), ne seront jamais assemblés durant les 8 mois d’élevage mais simplement bâtonnés de façon hebdomadaire.

Remontés en cuve au mois de juin l’année suivante, les lots sont alors assemblés en fonction des choix de Philippe Dulong (notre œnologue consultant des blancs) et Jean-Christophe Mau.
Enfin, on procèdera à la mise en bouteille, traditionnellement à la fin de l’été précédant la rentrée du nouveau millésime.
 

– Les vins rouges

En cuves inox thermo-régulées (100 hl), la durée de macération pré-fermentaire se fait alors en fonction des différents lots, variant de 2 à 5 jours.

Lors de la fermentation alcoolique, opération pouvant durer jusqu’à 15 jours, Stéphane Derenoncourt veille d’un œil respectueux ses « creusets d’inox », mais préférant, selon ses propres termes, « laisser la nature faire seule son travail ».
Le temps de cuvaison est directement lié à la cuve et au millésime. Il n’existe aucune règle stricte en la matière, même si, à Château Brown, on table sur une durée moyenne de 21 à 28 jours.

Les fermentations malo-lactiques se déroulent en cuves, mais aussi en barriques, pour les meilleurs lots du domaine, à la condition qu’elles soient neuves.
L’élevage se fait alors sur une durée de 14 mois, en fûts, dont 40% de barriques neuves.

 

image
http://www.intothewine.fr/wp-content/themes/yunik-installable/
http://www.intothewine.fr/
#74316D
style1
scrollauto
Loading posts...
#ffffff
on
none
loading
#ffffff
Sort Gallery
http://www.intothewine.fr/wp-content/themes/yunik-installable
on
yes
yes
on
off
ENTER YOUR EMAIL HERE
on
off