Conférence au Salon de l’agriculture : \ »rendre le vin plus sexy\ »

## PARIS — Rendre le vin  »plus sexy » et  »moins chiant » pour séduire les jeunes Français et leur redonner la culture du vin, c’est ce que proposent un oenologue et un vigneron invités à la première conférence du nouveau pavillon de la filière viticole au Salon de l’Agriculture.

Si le vin reste la boisson alcoolisée la plus consommée en France, le nombre des consommateurs réguliers a été divisé par deux depuis 1980 selon FranceAgriMer, et la tendance s’accentue chez les 20-35 ans.

####  »Le vin français va devenir comme l’Eglise catholique, il n’y aura plus aucun jeune qui sera intéressé »,

avertit Oliver Magny, un oenologue peu conventionnel qui vient d’ouvrir  »le plus grand bar à vin de Paris ».

Pour cet autodidacte âgé de 30 ans,  »dire qu’un vin a un goût de mûre ou de banane, c’est chiant ». L’amour du vin passe par celui du terroir et un certain art de vivre:  »il y a un savoir, un patrimoine à transmettre et ce n’est pas fait », déplore-t-il, constatant que  »les Chinois et les Américains ont plus soif de terroir que nous ».

Aux Etats-Unis,  »le terroir est tendance », explique-t-il, rapportant qu’à San Francisco, ce sont  »des jeunes tatoués et branchés qu’on retrouve dans les boutiques de produits du terroir ».

Pour rendre le vin  »plus sexy », désormais il ne faut pas hésiter selon lui à recourir au marketing voire au happening, une technique qu’il a mise en oeuvre en organisant une dégustation, dans les airs, de 3 grands crus pour les passagers d’un vol Paris-Barcelone, en 2009.

Il compte aussi sur l’effet d’entraînement des séries américaines, type Sex in the City ou Cougar Town, où l’on voit régulièrement les personnages déguster un verre de vin, une façon de contourner la loi Evin qui restreint la promotion des boissons alcoolisées.

 »Depuis 20 ans on diabolise le vin et notre jeunesse est devenue adepte du binge drinking (consommation d’alcool à outrance) », observe l’oenologue. Or, pour lui, la culture du vin permet de lutter contre ce phénomène, une opinion que partage Alain Janicot, coprésident de l?Union interprofessionnelle du vin de Cahors (Uvic):  »il faut redonner envie aux jeunes de vivre avec une sage lenteur », préconise le vigneron.

Le Cahors, qui se fait appeler  »French Malbec » à l’étranger, est le  »seul vignoble français à avoir des exportations en hausse de 20% en volume et en valeur ». Il a su devenir tendance à l’international, ce qui a fait décoller ses ventes, notamment en Chine avec une progression de 62% en 2010, selon M. Janicot, qui prévoit un doublement des exportations cette année.

Pour conquérir les 20-35 ans, l’Uvic a développé des collerettes, qui habillent le goulot des bouteilles, présentant des codes barres pour les smartphones: ils donnent accès à des vidéos sur le producteur et l’histoire du vin.  »Je pense que c’est l’avenir de la viticulture » qui a besoin de se mettre en scène, estime M. Janicot.

Olivier Magny, qui dans ses cours d’oenologie organise parfois des visites des vignes, veut  »montrer qu’on peut avoir du plaisir dans les parcours oenologiques » et regrette que  »lorsqu’on visite des caves, on ne voit pas beaucoup de 20-35 ans ».

Ses client sont anglais ou américains à 80%.  »Les Français ne sont pas drôles, ils ne veulent pas payer et à partir de 40 ans, ils croient tout connaître sur le vin », lance-t-il, admettant préférer les clients étrangers.  »En France, les jeunes mangent de la +merde+, boivent de la +merde+ et sont très satisfaits », assène ce Jean-Pierre Coffe de la vigne, qui ne désespère pas cependant de les voir retrouver le goût du vin. Et si possible dans son bar.

Source(AFP)

 

fév 24, 2011

admin

Actualités

2

Post by admin

2 Responses to Conférence au Salon de l’agriculture : \ »rendre le vin plus sexy\ »

  1. Jules - Oenovino

    J’ajouterai que décrire le goût du vin (en passant par des images : on sent du fruit ou des notes rappelant l’animal, on a une bouche fraîche ou opulente, ) est nécessaire, notamment pour aider à formuler des avis et aider le public à s’y retrouver. On ne peux pas seulement parler de terroir… Parce que dire des trucs du genre \ »ce vin de sancerre, il déchire grave sa mère c’est grâce aux silex et au sauvignon ! t’as vu ?\ », ça fait pas non plus avancer le schmilblick…
    Quant à la diffusion du message, le Net est encore un bon vecteur, tant que les pouvoirs publics ne peuvent pas le censurer…

    View Comment