Culture de la vigne en bio et biodynamie

Depuis le XIXe siècle, les vignerons ont dû faire face à une succession de maladie dans la vigne, nécessitant l’utilisation de nouveaux traitements. Pour se débarrasser des petits champignons (Mildiou, oïdium, black-rot…) s’attaquant à la vigne de façon dramatique, il a fallu inventer des fongicides, des insecticides et des acaricides. Ces traitements ont parfois entrainé des excès, certains les utilisent abusivement sans se soucier du travail du sol. Le terroir s’en trouve altéré et pourrait devenir à terme, incultivable.

C’est à partir de là que démarre les cultures biologique et biodynamiques. Mais cela reste souvent assez flou, en effet, ces deux méthodes ne sont pas les mêmes. Voici quelques explications.

## La viticulture biologique

Il n’existe pas de vins « bio », mais des vins « issus de raisins provenant de l’agriculture biologique ». Cette méthode culturale est réglementée par un cahier des charges. Le respect de ce cahier des charges est assuré par des contrôles des organismes certificateurs agréés (Ecocert, Qualité France, Ulase…) par l’état et donne le droit aux producteurs d’utiliser la mention “agriculture biologique” ainsi que le logo AB. L’utilisation de produits chimiques de synthèse est interdite, les seuls produits autorisés sont le cuivre et le soufre. Les exigences de la culture biologique sont d’obtenir des raisins sains, c’est-à-dire sans résidus chimiques, et de protéger l’environnement de tout ce qui pourrait lui nuire ou le modifier. Pour le travail du sol, on utilise des fertilisants naturels comme le fumier, le compost…etc. On peut pratiquer aussi l’enherbement entre les rangs pour limiter l’érosion.
Le travail dans la vigne est très important, on cherche à combattre les maladies de façon « naturelles » avec par exemple des lâchers de coccinelles contre les pucerons.

## La biodynamie
![](media:3424)
La biodynamie repose sur les écrits de Rudolf Steiner (philosophe et penseur social), c’est une forme plus poussée de l’agriculture biologique.
Le sol doit être « dynamisé » pour être traité. Cette dynamisation se fait à l’aide de préparations à base de plantes et autres éléments organiques et minéraux (ortie, pissenlit, valériane, bouse, corne…).
Pour épandre ces préparations, des conditions doivent être réunies pour une bonne efficacité : configuration des planètes, de la lune et du soleil… A l’aide d’un calendrier, on a donc certaines dates plus favorables pour tels ou tels travaux.

L’efficacité de ces méthodes ne peut être expliquée scientifiquement. Néanmoins, les adeptes de la biodynamie apportent un grand soin à la culture de leur vigne. On trouve des grands vins, des moyens et des médiocres, comme partout !

« L’application des principes de la bio-dynamie permet de vitaliser et conserver la fertilité des sols ainsi que de rendre les plants de vignes naturellement plus résistants, pour l’obtention de raisins qui n’auront pas besoin de techniques correctives en cave. Plutôt que de standardiser, nous cultivons la différence et l’authenticité de goût.

Beaucoup de grands terroirs sont cultivés depuis plus de mille ans, faisons en sorte que notre patrimoine puisse encore durer au moins aussi longtemps ! »

Membre du Syndicat International des Vignerons en Culture Bio-dynamique

 

août 29, 2011

admin

Guides pratiques

1

Post by admin

One Response to Culture de la vigne en bio et biodynamie