De la musique dans les vignes, dans les cuves et jusque dans nos verres !

## Il parait que la musique adoucit les mœurs… Plus fort elle permettrait également de protéger la vigne et d’affiner les vins lors de leur fermentation grâce aux ondes sonores qu’elle dégage.

Serait-ce les expériences auditives du célèbre et très couteux bœuf de Kobe ou plus simplement la volonté de trouver un discours commercial original, qui ont poussé Markus Bachman, joueur de cor français et critique gastronomique viennois ou encore Giancarlo Cignozzi, producteur du brunello de Montalcino à insérer de la musique dans le processus de création de leurs vins ?

### « De la musique avant toute chose. »

Il est vrai que le bétail japonais a depuis quelques années droit à des traitements de faveurs : pendant qu’on s’active à masser les bêtes au saké et qu’on leur propose de la bière pour se rafraichir, ils peuvent écouter de la musique classique. Tous ces soins dans l’unique but d’obtenir la viande la plus tendre possible.
Quel est l’impact de la musique ? C’est évidemment très difficile à établir mais les spécialistes avancent qu’elle serait un bon anti stress. Pas sur que tous les airs de Wagner ou de Bartók détendent qui que ce soit mais bon…

### Des vignes amatrices de musique classique !
![](media:2785 500x)
Différentes études tendent à montrer l’effet bénéfique de la musique sur la vigne et ont eu un écho chez certains producteurs…
C’est le cas de Giancarlo Cignozzi un fervent adepte de cette technique. Il varie même la musique en fonction des saisons :
« En hiver, quand les vignes dorment, j’utilise de la musique sacrée – Haydn, Haendel, La flûte enchantée de Mozart, un peu de Gluck. Au printemps, à l’apparition des premières feuilles, j’attaque avec de la musique baroque: beaucoup de Bach, beaucoup de Vivaldi. »

Ainsi s’écoulent les saisons dans son domaine. La vigne pousserait avec davantage de vigueur, serait moins malade et son raisin mûrirait plus vite. Ces impressions ont été confirmées par le professeur Stefano Mancuso, spécialiste italien de neurobiologie végétale, qui a commencé à reproduire en laboratoire les essais faits en plein vignobles.

### La fermentation musicale

Markus Bachmann a quant à lui créé un système de fermentation qui « imprègne » le vin de la musique de Bach, Haydn, Mozart, Vivaldi ou encore du jazz. En mettant en place au sein même des cuves un système sonore, et en diffusant de la musique lors du processus de fermentation on obtiendrait selon lui un vin plus fin, moins sucré, qui offrirait plus de saveurs et serait plus digeste.
![](media:8515 500x)
La musique aurait ici un impact sur les levures, éléments nécessaires à la fermentation.

« Il s’agit d’un nouveau procédé. J’ai mis un haut-parleur dans le réservoir du vin et lancé de la musique pendant la fermentation. On observe un impact sur les levures et cela donne des vins plus riches mais aussi plus matures. »

Baptisé Sonor Wines, ce système a été testé notamment sur un Grüner Veltliner à l’école viticole de Klosterneuburg. Et plusieurs viticulteurs ont également essayé cette nouvelle méthode, en particulier les Viennois Peter Uhler et Franz-Michael Mayer.

### Du vin maestro !
![](media:8516 500x)
Supercherie ou non, réel effet sur les vins ou pas, rapprocher la musique du vin n’est pas en soi une mauvaise idée.
Mettons de la musique partout ! Dans les vignes, dans les châteaux, dans les chais, dans les cuves mais aussi dans les dégustations organisées ici et là car à défaut de changer le vin, elle rendra peut être tous ces lieux plus attrayants, joyeux et festifs.

 

déc 04, 2012

admin

Insolites

0

Post by admin

Comments are closed.