Des courbes engageantes, des rivières généreuses, un vignoble accueillant… Viens me retrouver, je suis le Jura…

## Si vous écoutez la radio vous avez dû entendre ces quelques phrases prononcées par la voix suave et attirante d’une jeune femme.

C’est la nouvelle campagne de communication de la région Jura.

Voilà la pub retranscrite :

_ »Tu veux des rencontres, vivre une aventure, goûter mes spécialités gourmandes ?
Alors viens chez moi…
Je suis le Jura.
Rejoins-moi sur jura-tourism.com
Je t’attends. »_

Pour ceux qui souhaitent l’entendre voici [un lien](http://www.jura-tourism.com/viens-me-retrouver-je-suis-le-jura%E2%80%A6,r28,d1214.html  »lien »).

### Hummm, je suis le Jura

Si l’on écoute d’une oreille étourdie il est vrai que l’annonce ressemble plus à une pub pour site de rencontres amoureuses voire plus si affinité comme on dit…
Les sous entendus sont bien sûr évident et on comprend tout de suite le petit jeu auquel se sont adonnés les publicitaires derrière ce spot.

Volonté de faire le Buzz, au moins de faire parler de la région.
Ce n’est pas la meilleure idée pour parler du Jura et de ses vins mais si cela est efficace alors pourquoi pas…

### Pas de quoi fouetter un chat me direz-vous ?

Et bien c’est sans compter les Chiennes de garde qui protestent aujourd’hui contre l’initiative de l’office du tourisme du Jura.
Elle souhaitent même son retrait des antennes de France Info.

Cachez moi ce spot que je ne saurai voir…

Selon les Chiennes de garde, cette publicité «diffuse et banalise, malgré son statut institutionnel, des fantasmes sexuels pour vanter une région et utilise donc le corps des femmes hors de propos».

De nombreuses plaintes d’auditrices ont été envoyées attestant du caractère sexiste de la publicité.

Bien évidemment, comme toujours dans ce genre de non affaire, les plaintes ne font qu’entretenir le buzz notamment sur les réseaux sociaux.

La question qui se pose pour nous, amateurs de vin du Jura mais aussi d’autres régions, c’est va-t-on pouvoir continuer à utiliser un vocabulaire encore propre à la dégustation pour parler du divin breuvage ?

Pourra-t-on continuer à dire qu’un vin à une belle robe chatoyante, une bouche charnue ? Pourra-t-on digresser sur la jambe ou la cuisse d’un vin sans se faire taxer de sexiste ? De dire que tel ou tel Margaux nous rappelle au nez un mouchoir de femme sans pour autant être visé de machisme ?

Pourra-t-on continuer à dire d’un vin qu’il est féminin ?

 
Post by admin

Comments are closed.