Des vins aux quatre coins du monde : au sommet des montagnes de Sibérie

C’est en 2009 que la région de l’Altai, en Sibérie, met le vin au goût du jour en plantant 600 pieds de cépages français venant du vignoble Guillaume (Merlot, Chardonnay…) en Franche-Comté. Une petite exploitation expérimentale de 3 hectares de vigne dans la commune d’Altaïskoe.

Supervisé par Xavier Guillaume, les pieds de vignes ont dans un premier temps bien pris, atteignant 2 mètres de hauteur en été, mais l’épreuve cruciale fut de passer l’hiver. Un hiver où la température moyenne est de
– 40° !!

Grâce au choix de cépages adaptés au grand froid, les vignes ont passé l’hiver : opération de survie réussie mais on est encore loin de pouvoir vendanger.

« Le pinot noir et le chardonnay s’adaptent bien, mais pas le muscat blanc. On ne pourra pas le garder », explique Vladimir Wagner, directeur de la société AltaïSpirtProm, l’usine de vin de l’Altaï. « Nous apprenons à bien protéger la vigne du froid. Je pense que nous y arriverons » (Source : journal La Russie d’aujourd’hui)

![](media:7061 500x)

Les vendanges de 2010 ne sont guères concluantes : seulement 4 litres de vin.
En 2011, La première récolte donna 5 Hectolitres de vin blanc en été, d’un vignoble atteignant 12 000 pieds.
Pari gagné : La Sibérie produit alors son propre vin.

Il reste encore beaucoup de chemin à faire mais ce sont des signes encourageants.
Certains étudiants,vont même effectuer leur stage auprès des vignerons français afin d’importer leur savoir-faire et des barriques en chêne pour permettre un élevage en règle du vin.

On pourra déguster ces vins l’année prochaine : 2013 marquera la naissance du vin « Vigne de l’Altai ».

Des vignes en Sibérie, le pari était fou : les conditions climatiques mais aussi le terroir qui avait été peu ou mal exploité par le passé.

### L’echec cuisant du vin soviet’

C’est à l’époque soviétique que des producteurs du sud-est de la Sibérie ont tenté de produire du Vin à base de sorbes et de pommes, suite à quoi le vin de sorbes fut appelé « encre » en raison de sa couleur mais aussi de son goût ! Le cidre, lui, était nommé « erreur de Mitchourine ».
Un échec cuisant qui entraina la fermeture de l’usine de vin (on ne parle pas d’exploitations mais d’usines en Russie) dans les années 80 et une réglementation concernant la production et la vente d’alcool fut mise en vigueur.

Le raisin était alors utilisé plus dans la confection de compotes que dans celle du vin

### Du vin pour les singes ?

Depuis quelques années, le vin est aussi utilisé à des fins médicales.
Maladie très courante et imprévisible chez les humains comme chez les singes, les vétérinaires des zoos de la région sibérienne ont trouvé le remède miracle contre la grippe : consommer 5 Cl de vin rouge. Le principe du traitement est simple et loin d’être contraignant pour ces animaux fervents amateurs de ce nectar.

![](media:7075 500x)

On espère que le nouveau vin des vignes de l’Altai ne sera pas servi qu’aux singes !

Pour ceux qui aiment l’exotisme de cette région, rendez-vous donc l’année prochaine pour tenter l’aventure d’une dégustation de vins sibériens.

En attendant, nous, on reste bien au chaud avec une valeur sure du Languedoc : la Petite Sibérie 2005, d’Hervé Bizeul, un vin qui donne des frissons !

![](media:7074 350x)

 

juin 14, 2012

admin

Insolites

0

Post by admin

Comments are closed.