Devenez vigneron à la Clape avec Jacques Ribourel

Amoureux de vigne et de vin, vous avez rêvé de pouvoir, un jour, être l’heureux propriétaire d’un domaine ? Un rêve quasiment impossible d’un point de vue financier et humain.

Aujourd’hui, Jacques Ribourel, ancien ponte de l’immobilier pendant les Trente Glorieuses et devenu producteur de vin dans les années 90, vous propose de rendre ce rêve possible en achetant des parts de sa société représentant des parcelles de sa propriété.

Jacques Ribourel a su se reconvertir en tant que vigneron lors de la crise immobilière de 1991. Déjà propriétaire d’un vignoble à l’époque, il s’y consacre entièrement et développe l’oenotourisme. A côté de Narbonne, lui et sa femme ont créé un véritable pôle touristique, le Domaine de l’Hospitalet, dont l’activité principale reste le vin. Un véritable pôle touristique anime la région avec des ateliers de fabrication de produits régionaux, un musée, deux restaurants et un hôtel, le tout dans une ambiance très méditerranéenne. Gérard Bertrant a racheté ce domaine en 2001.

###  »En achetant ou en offrant une action, les nouveaux vignerons qui pourraient être 2 000, s’offrent plus que du vin »

Il y a plus de 20 ans, Jacques Ribourel rachetait aussi une propriété viticole réputée, La Ramade, dans le massif de la Clape. Cet innovateur effréné, a décidé d’aller plus loin et propose maintenant à tous les passionnées de la vigne et du vin, de devenir « néo-vigneron ». Son concept : proposer des parts du vignoble, par le bais de la société « Vins d’Initiés » propriétaire de 10 des 16 hectares de la Ramade. Une part de 500€ est cessible, transmissible et donne droit à un avantage fiscal.

Bien plus qu’une action, c’est un bout de vigne, de terroir, que propose Jacques Ribourel. Rien de mieux pour suivre et participer à l’élaboration d’un millésime. Une idée très originale pour parvenir à fidéliser la clientèle au lieu de passer le plus clair de son temps sur les salons nationaux et internationaux.  »Je l’ai fait pendant dix ans à l’époque de l’Hospitalet. Je passais plus de temps à vendre le vin qu’à le faire. Or, ce que j’aime, c’est bien l’élaboration du vin. C’est, de loin, la partie la plus passionnante », confiait Jacques Ribourel au Midi Libre.

 »En achetant ou en offrant une action, les nouveaux vignerons qui pourraient être 2 000, s’offrent plus que du vin, explique Jacques Ribourel. Ils ont la possibilité de contribuer à la croissance d’un domaine tout y apportant une touche personnelle. Des bouteilles leur sont réservées à un prix préférentiel et exclusif. Et ils sont les invités privilégiés de ce qui est un peu leur domaine, participant à des animations à thèmes proposées tout au long de l’année ».

Un autre avantage sur les actions financières dites classiques: le détenteur d’une part pourra avoir 24 bouteilles du domaine, qu’il pourra personnaliser, à un prix très préférentiel : 6€ au lieu de 18€.

![](media:4977 500x)

C’est une initiative originale comme la « Cuvée des réseaux », dont nous vous parlions dans notre article [Le Domaine Gueissard lance sa cuvée des réseaux : le premier vin de Bandol participatif!](http://www.intothewine.fr/magazine/insolites/le-domaine-gueissard-lance-sa-cuvee-des-reseaux-le-premier-vin-de-bandol-participatif  » »), qui permet aux internautes via les réseaux sociaux de prendre part à l’aventure du domaine.

On ne sait pas si ça fait partie du  »package » pour les actionnaires mais le domaine possède des chambres d’hôtes au coeur du vignoble de la Clape. Ils ne pourront peut-être pas utiliser ces chambres pour le week-end ou les vacances mais ils pourront profiter de leur  »propriété » secondaire pour suivre l’évolution du vin au rythme des saisons.

 

jan 11, 2012

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.