\ »L’alcool tue lentement mais nous ne sommes pas pressés\ »

## On dit que tout va mal mais on oublie de dire qu’en haut lieu on prend soin de nous.

Ainsi pour me protéger personnellement, le législateur, béni-soit-son-nom, a promulgué l’obligation générale d’INFORMATION, de PREVENTION, de TRACABILITE. C’est particulièrement avisé pour ce qui concerne la production viticole, à mon avis.

La traçabilité, vous ne savez peut-être pas en quoi ça consiste. Très simple : exemple, si je meurs après avoir bu un verre de mon vin, la traçabilité permet de savoir immédiatement si oui ou non, P’tit-Louis, mon chauffeur de tracteur, a pulvérisé sur mes raisins une substance susceptible de m’envoyer « ad patres » pour se venger de mon troisième et définitif refus de l’augmenter.

L’information, c’est encore plus clair : sur l’étiquette qui habille les bouteilles de mon cru, chaque année de nouvelles informations dévorent la place qu’un designer aussi génial que ruineux avait prévu pour que je puisse en vanter les qualités. Pour faire court pourtant le législateur impose des symboles mystérieux : So2, E14, Mk2, Zut (ça c’est moi qui rajoute) etc.. dont on peut obtenir la traduction en se procurant ;le petit fascicule édité par l’U ;E . ce que je manquerai pas de faire lors de mon prochain voyage à Bruxelles.

Pour la prévention, tout devient limpide : Ex. A CONSOMMER AVEC MODERATION, tout le monde a compris. Pour moi, vigneron une demi-bouteille à chaque repas. Pour mon cousin, conducteur de bus scolaire au Grand Saint Bernard, probablement un peu moins.

S’agissant de l’interprétation de l’idéogramme représentant une femme enceinte assortie d’un X majuscule sombre et négatif , j’hésite : s’agit-il de supprimer la mère ou l’enfant ? Ou bien les deux ?

Enfin, le plus important : L’ABUS DE L’ALCOOL EST DANGEREUX. Pour moi, la formule manque de clarté. Où commence l’abus ? Vous voyez comme la frontière est floue. Je trouve le législateur bien laxiste et quant à moi je voudrais une formule plus sévère.

Je suggère qu’on la remplace par le vieil avertissement placardé au mur de tous les messages de cavalerie autrefois :

L’ALCOOL TUE LENTEMENT MAIS NOUS NE SOMMES PAS PRESSES

 
Post by admin

Comments are closed.