L’élevage du vin en mer : dimension légendaire ou réalité scientifique ?

## Le Château Larrivet Haut-Brion, toujours dans un esprit novateur, a mené pour la première fois une expérience inédite sur l’élevage de son millésime 2009.

Nous avions assisté il y a un an au placement d’une des barriques sur un voilier qui devait faire le tour du monde par les deux caps. Une expédition compromise au dernier moment mais qui n’avait pas arrêté l’expérimentation puisqu’une autre barrique avait alors été placée au fond du bassin d’Arcachon.

Il est murmuré depuis le milieu du 18ème siècle que les Bordeaux de « retour des Indes » (après un long voyage sur les bateaux à voiles) se révélaient meilleurs. Une légende que Bruno Lemoine, Directeur et vinificateur du Château Larrivet Haut-Brion, rêvait de confirmer.

Avec Pierre-Guillaume Chiberry, de la Tonnellerie Radoux et Joël Dupuch, du Parc de l’Impératrice, ils ont mené cette expérience œnologique entre terre et mer, vérifiée par des analyses scientifiques.

### Une expérience prometteuse et porteuse d’avenir

Intrigué par l’hypothèse d’un meilleur vieillissement du vin en mer, Bruno Lemoine a fait vivre à son millésime 2009 une aventure exceptionnelle.

Deux barriques signées Radoux ont bénéficié d’un élevage prolongé de 6 mois. L’une dans les chais du Château Larrivet Haut-Brion et l’autre dans la zone d’étiage du bassin d’Arcachon, dans l’huitrerie de Joël Dupuch, le célèbre ostréiculteur.

Variation atmosphériques et marrées d’un coté, univers équilibré du chai de l’autre, le millésime 2009 a poursuivi sa maturation pour permettre la comparaison.

### La 1ère étude soutenue par des résultats certifiés

Au sortir de la barrique, les vins ont été analysés par le Laboratoire Vinicole Michel Rolland, œnologue réputé, puis dégustés comparativement par un collègue d’expert. Les résultats mettent en avant que l’élevage supplémentaire de 6 mois en petites barriques neuves Radoux a été bénéfique, les tanins sont plus soyeux et le vin étonnamment plus rond et complexe.

![](media:6937 500x)

En comparaison du vin témoin mis en bouteille en Juin 2011:

Le millésime rouge 2009 issu de la barrique immergée présente un taux de sodium plus élevé dû à la pénétration d’eau de mer. Une donnée qui influence positivement la perception gustative. Le sodium gomme l’amertume et arrondit les tanins en fin de bouche, encore un peu trop astringents. La teneur en alcool est légèrement inférieure et la couleur est plus ambrée, une incidence supposée des ressacs de la mer.
Selon les dégustateurs, le vin présente des arômes de sous-bois avec des tanins plus souples, très appréciés.

Le vin confié aux soins traditionnels du chai est d’une couleur plus stable et moins évoluée que celui de la barrique immergée. Ceci peut s’expliquer par une micro-oxygénation naturelle qu’il n’y a pas eu dans le vin immergé (absence totale d’oxygène).
Gustativement, il se distingue par sa structure et sa fraîcheur avec des notes mentholées.

![](media:6935 250x)

– Bernard Burstchy, célèbre expert-dégustateur, qui a soutenu le projet du Château Larrivet Haut-Brion et cautionné les résultats.
Sa préférence, le vin issu de la barrique élevée en mer

_ »Sacrément bon! Les Tanins sont plus lisses, le vin étonnamment complexe!  »_

![](media:6936 250x)

– Bruno Lemoine, Directeur Général et Vinificateur du Château Larrivet Haut-Brion, à l’origine du projet.

_ »Déjà très curieux de déguster ces vins, qui nous ont réservé de belles surprises à l’issue de l’expérience, je suis impatient de suivre leurs évolutions dans les années à venir. Qu’en sera-t-il dans 10ans? »_

– Pierre-Guillaume de Chiberry, qui a supervisé la réalisation des Barriques Radoux.

_ »Ma préférence? Le vin immergé en mer pour son étonnante richesse et son incroyable soyeux. »_

![](media:6933 250x)

– Joël Dupuch, qui a veillé sur la barrique immergée dans les bassins d’Arcachon.

_ »Incontestablement, les marées ont une influence bénéfique sur le vieillissement du vin. J’ai été séduit par le côté aéré et la rondeur du vin issu de la barrique. »_

![](media:6934 500x)

L’élevage prolongé du Millésime 2009 confirme le potentiel de ce vin, issu d’un savoir-faire maîtrisé et régulièrement challengé par l’équipe Larrivet Haut-Brion.

Les conditions de vinification dessinent des évolutions marquées, le vin immergé révèle une personnalité à apprécier dès à présent, tandis que l’autre augure d’un potentiel de garde intéressant à suivre dans les années à venir, en comparaison du vin témoin.

Fort de ces résultats, le Château Larrivet Haut-Brion réfléchit déjà à de nouveaux essais à mener.

 

juin 06, 2012

admin

Dossiers

0

Post by admin

Comments are closed.