L’ETRE, LE VIN, LE TEMPS

## Faut-il penser le vin ? L’interrogation formulée par François Jullien (in « La philosophie inquiétée ») à propos du temps, s’applique aujourd’hui au noble produit issu du Vitis Vinifera quotidiennement et ignominieusement contesté dans les média.

A ma connaissance à ce jour pas une voix ne s’est élevée pour poser ce questionnement pourtant indispensable si on veut commencer d’en parler.

Augustin dans les « Confessions » nous dit –‘tant que nous en parlons, nous croyons savoir ce que nous disons ; mais si nous arrêtons d’en parler, pour l’expliquer, nous ne savons plus ce que nous pensons.’- bien sûr, lui parlant du temps mais j’aimerais qu’on s’inspire de sa réflexion pour aborder le thème du vin et le débarrasser du pathos d’approximations, d’amalgames, de calomnies et d’honteux mensonges pseudo-scientifiques, qui le pollue.

In fine le temps et le vin marchent du même pas.

Voilà pour le vin et pour le temps. Maintenant, l’Etre : c’est lui qui pense le vin. Sans l’Etre pas de vin.

Dans les lieux où se développe la culture du vin (où le mot culture est pris dans son acception intellectuelle) il me semble que les hommes pensent mieux, c’est à dire se pensent avec plus de lucidité et d’humanité donc arrivent à s’accepter.

Rien que pour cela je crois qu’il est urgent de « penser » le vin et j’invite tous les hommes de bonne volonté à s’atteler à cette tâche capable de nous rendre dignes de ce que nous devons être.

 
Post by admin

Comments are closed.