La chine, un géant assoiffé…

## Synonyme de véritable Eldorado, ce géant est devenu un acteur incontournable dans tous les domaines d’activité et le secteur viticole n’ignore pas cette tendance.

En 2009 la Chine est entrée dans le top 10 des pays producteurs de vins dans le monde et devrait voir sa consommation annuelle augmenter de plus de 40% en 3 ans. Le géant jaune a soif mais qui saura le servir ?

Les Chinois partent de très bas puisqu’ils boivent en moyenne seulement un demi-litre de vin par an, contre 51 litres pour un Français. Mais si la consommation hexagonale s’effrite doucement, la demande moyenne chinoise pourrait doubler d’ici 2013.

La production chinoise ne cesse de progresser, une partie croissante du raisin réservé à la table étant maintenant destiné à la cuve.

Pour autant, l’Organisation internationale de la vigne et du vin souligne que l’ouverture du marché chinois reste faible en raison d’une  »tendance à l’auto-approvisionnement. »

 »Comme nous, les Chinois sont chauvins, quand on ne connaît pas un produit, on préfère commencer par boire un vin de son pays, de sa propre production », explique Robert Beynat, directeur général de Vinexpo, qui organisera son salon annuel en mai prochain à Hong Kong.

 »Plus les Chinois planteront de vignes, plus ils produiront de vin, plus ils en boiront et plus ils en importeront », insiste-t-il.

 »Les Chinois ne seront jamais autosuffisants, et même s’ils le sont, le consommateur de vin est un ‘buveur d’étiquette’, il aime bien la diversité. »

**La Chine, dont la demande annuelle de vin devrait dépasser le milliard de bouteilles d’ici deux ans, a néanmoins des exigences qui lui sont propres.**

Les Chinois préfèrent ainsi les vins étrangers dont le nom est facile à prononcer dans leur langue et ils boivent essentiellement du vin rouge car ils aiment cette couleur, associée à la chance, au romantisme et à la richesse.

De plus, la consommation de vin est toujours un phénomène très urbain, cantonné aux deux-tiers au restaurant.

Les grands exportateurs ne voient pas l’augmentation de la production chinoise comme une menace, d’autant que celle-ci reste largement dominée par les vins de table et laisse pour l’heure le champ libre aux grands crus étrangers, notamment français.

 

déc 17, 2010

admin

Dossiers

0

Post by admin

Comments are closed.