LA FIEVRE MONTE A EL BORDEAUX

Sans vouloir comparer les bords de la Gironde avec le Texas, une certaine fièvre s’empare de cette région, occasionnée par les dégustations des vins du millésime 2010 qui semblent attirer de nombreux opérateurs (puisqu’il faut bien les appeler ainsi) des cinq continents.

La ville et la campagne bourdonnent en quatorze langues sans compter le »Pidgin ». Les ondes courtes et longues bouillonnent également de commentaires qui ne portent pas tous sur les seuls mérites de la dernière récolte.

La lettre ouverte de Michel Bettane à l’Union des Grands Crus ne suffira certes pas à faire baisser la température qui échauffe les esprits ni, soyons optimistes, les prix qui seront immanquablement demandés pour ce très grand millésime.

Et pourtant elle pose crûment, cette lettre, des questions gênantes en dénonçant des pratiques éthiquement douteuses.

Le plus troublant à mon humble avis, est que depuis le 29 mars date à laquelle elle semble avoir été assez largement diffusée, il n’y a eu, pour ainsi dire, aucune réaction notable.

Le scandale, écrivait André Tardieu dans « La Révolution à refaire », le scandale c’est quand le scandale ne scandalise plus.

 
Post by admin

Comments are closed.