La lutte raisonnée, qu’est-ce que c’est ? Entretien avec Caroline Decoster

### Pouvez-vous nous expliquer cette démarche dans laquelle vous vous êtes lancés ?

Nous comptons dès le mois prochain obtenir la certification ISO 14001, qui est une certification environnementale. En raison des coûts d’une telle décision, et des changements que cela implique, nous avons opté avec de quelques autres châteaux pour une certification collective chaperonnée par le CIVB. La certification collective nous permet d’être plusieurs châteaux à prendre les mêmes mesures, mais seulement un seul sera examiné au cours du mois de juillet. Tous les autres seront jugés à l’aune de celui-ci. Ainsi, si cela se passe bien pour celui qui est examiné, les autres obtiennent également la certification. Il y a avec nous surtout des châteaux de la Rive Droite, de la même appellation que nous, mais aussi quelques Bordeaux Supérieur.

### Sur quoi êtes vous jugés concrètement ?

Il y a avant tout une analyse environnementale, afin de pouvoir évaluer notre impact environnemental, notamment au niveau des dépenses d’énergie comme l’électricité, l’eau, puis il y a aussi un bilan phytosanitaire. C’est un cahier des charges très compliqué, mais la principale chose à retenir, est que cela vise à réduire l’impact environnemental à la fois à la vigne et dans les chais.

### Quelles ont donc été les mesures que vous avez prises ?

Nous avons installé une aire de lavage qui nous permet de récupérer les eaux de lavage qui sont collectées et traitées dans des filières agréées. Les moindres déchets (cartons, plastiques) sont conditionnés dans des filières à part. Nous tâchons également de réduire largement notre usage de produits phytosanitaires. Ce sont là les normes pour obtenir cette Certification ISO 14001 en somme.

### Quelle est la différence alors avec l’Agriculture Biologique ?

En fait, nous empruntons beaucoup de méthodes propres à l’agriculture biologique pour le travail de la vigne, nos engrais sont bios par exemple. Avec la lutte raisonnée, on se réserve le droit d’agir sur la vigne avec certains produits, mais vraiment en cas d’extrême urgence. Seulement, le but de cette lutte raisonnée est de ne pas avoir à se confronter à ce type d’urgence, toute notre viticulture se fait en anticipation. Nous surveillons la vigne toute l’année, avec des consultants qui viennent s’assurer que tout va bien toutes les deux semaines. Si un début de problème se présente, on fait un diagnostic, et l’on avise de la marche à suivre. Néanmoins, même en cas d’urgence on essaie d’agir de la manière la plus naturelle possible. C’est vraiment une approche logique de la viticulture, on laisse la vigne se développer.

### Pourquoi avoir voulu obtenir une certification environnementale ISO 14001 ? C’est plus vendeur ?

Non, nous ne faisons vraiment pas ça pour le mettre comme un tampon, nous ne comptons même pas le mettre en valeur sur nos bouteilles, ni vraiment dans notre communication d’ailleurs. Nous le faisons pour plusieurs raisons. La première est que nous croyons que c’est en procédant ainsi, en traitant la vigne le plus naturellement possible, sans bouleverser son équilibre que l’on en tire le meilleur vin qu’elle puisse donner. Puis la seconde raison est que cela crée un environnement plus agréable à vivre, le [Château Fleur Cardinale](http://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=4&cad=rja&ved=0CEcQFjAD&url=http%3A%2F%2Fwww.intothewine.fr%2Fproducteur%2Fchateau-fleur-cardinale&ei=JIveUcThJYXy7AbItID4DA&usg=AFQjCNH_w7aHCBbbFTEmmKiLq29NfnV2DA&bvm=bv.48705608,d.ZGU  » ») est une propriété familiale, et nous vivons sur cette propriété, et je peux vous assurer qu’en traitant la vigne de cette manière raisonnée, je n’ai aucune crainte à me promener dans les vignes, je n’ai pas l’impression d’être polluée.

### Comment avez-vous pris cette décision ?

Il faut savoir que nous avons pris cette décision en interne, après une longue réflexion, sous l’impulsion de notre consultant viticole. Car nous travaillions déjà avec les mêmes principes logiques de développement naturel de la vigne. Il nous a dit que nous avions déjà fait 75% du travail en soi, il ne nous manquait plus que quelques détails formels. Cette certification est comme une concrétisation de notre manière de travailler depuis de nombreuses années. Nous avions fait le gros du travail, et maintenant grâce à cette démarche, nous avons pu nous confronter à d’autres châteaux, participer à de nombreuses formations, à apprendre de nouvelles choses, et à nous ouvrir plus.

### Il n’y a donc pas eu trop de contraintes supplémentaires pour vous ?

Non, cela a vraiment consisté de l’optimisation de ce qui était déjà en place. Après il est évident qu’il a fallu faire beaucoup de management pour sensibiliser les employés aux bonnes pratiques, car un petit accident de travail peut avoir de grosses conséquences, comme par exemple fumer dans le local technique. Mais on a vraiment eu le temps de s’y préparer.

### Avant les résultats de l’examen, quel est pour le moment le bilan de cette démarche ?

Nous sommes très satisfaits du travail accompli pour le moment. Vous savez, comme je disais, le Château Fleur Cardinale est une propriété familiale, une propriété sur laquelle nous vivons, et une propriété que nous allons transmettre. Ces terres, nos terres, nous allons les transmettre aux générations futures, c’est aussi un travail pour eux que nous faisons.

 

juil 11, 2013

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.