Le génie du vin réside dans son aptitude à la patience.

## Longtemps le monde du vin, plutôt conservateur, se méfiait comme de la peste de la précipitation.

On pensait qu’il fallait des années avant que des vignes produisent des raisins susceptibles d’élaborer un grand vin, on faisait cuver pendant des semaines et on laissait le soin à plusieurs hivers de dépouiller un millésime avant de le mettre en bouteille. Nul n’aurait songé à tirer le bouchon avant un nombre respectable d’années tant il était entendu que la maturité exige de la patience. A cette époque on pensait encore que la maturité révélait le meilleur potentiel d’un vin. Probablement parce qu’on pensait aussi qu’il en allait de même pour l’homme.

Tout cela paraît bien loin des préoccupations actuelles. Toujours en retard dans mes lectures ce n’est qu’aujourd’hui que je tombe sur un article paru dans le magazine anglais « DECANTER » du 14 mars où Geddes de la Filicaja, dirigeant de la grande firme italienne FRESCOBALDI, confie avec un rien d’amertume qu’il faudra encore patienter avant de voir les vins vedettes de la firme atteindre les prix des plus grands vins de Bordeaux. On sent bien que la durée lui pèse et que la patience requise n’est plus que tolérée.

En effet son dernier commentaire, rapporté en guise de conclusion, ne manque pas d’illustrer mon propos et en tout cas mérite qu’on s’y arrête un instant :

« Le luxe n’est pas quelque chose qu’on a trouvé habituellement dans le vin italien. La plupart des grandes familles (du vin, NDLA) sont issues du monde agricole, pas du marketing. »

Loin de le déplorer, je dirais que c’est une chance pour l’avenir de leurs vignobles et de leurs vins !

L’article de DECANTER à lire [en cliquant ici](http://www.decanter.com/news/wine-news/584913/frescobaldi-group-to-build-masseto-winery  »article decanter »).

 
Post by admin

Comments are closed.