Château Cantemerle : Le joyau de Cantemerle (article Terre de vins)

Ils ont été des précurseurs. La SMABTP, mutuelle d’assurance des sociétés du bâtiment et des travaux publics, a été la première à investir dans un grand cru classé du Médoc. D’autres suivront : Groupama, Axa, etc. Un investissement prévu pour durer. Jugez plutôt : quand Cantemerle passe des mains de la famille Dubos à celles de la mutuelle, 20 hectares de vigne seulement sont plantés sur une superficie de 170 ! Ce sera l’un des premiers grands chantiers du nouveau propriétaire : capitaliser sur le terroir et regagner ces surfaces qui, cent trente années plus tôt, lui valurent sa renommée.

Cantemerle, en appellation Haut Médoc, à Macau, fort de l’un des plus beaux parcs du Bordelais, compte aujourd’hui 90 hectares plantés, à majorité cabernet-sauvignon (50 %) et merlot (40 %), et est dirigé par Philippe Dambrine, par ailleurs président du Conseil des vins du Médoc, organisme de promotion des huit AOC médocaines (100 millions de bouteilles chaque année).

56 ans, autodidacte, Philippe Dambrine a rejoint Cantemerle en 1993, à l’appel de la SMABTP, à l’époque présidée par son oncle. Il dirigeait alors Greysac depuis dix ans au hameau de By, à Bégadan, très beau cru bourgeois appartenant à la famille Agnelli (Fiat).  »J’ai accepté, avec comme condition la possibilité de partager mon temps entre Cantemerle et Greysac. » Depuis, Philippe Dambrine traite avec les grands : les représentants des plus belles sociétés du BTP qui siègent au conseil d’administration d’un côté ; Brandino Brandolini, l’un des neveux de la famille Agnelli, de l’autre. Ce qui rassemble ces actionnaires,  »c’est le travail dans la durée », insiste le directeur.  »L’heure n’est pas à des investissements majeurs, mais à la poursuite de la qualité. Le projet, c’est la valorisation. »

**Un Corbin de plus**

La SMABTP, qui possède également le Château Haut Corbin et le Jurat, deux propriétés de Saint-Émilion, vient pourtant de racheter dans la plus grande discrétion un autre Corbin, le Château Grand Corbin, grand cru classé. Avec 33 hectares à Saint-Émilion, Philippe Dambrine fait ainsi partie des rares dirigeants de domaines à avoir un pied rive gauche et un autre rive droite.

Un challenge difficile à Saint-Émilion, tant  »le classement a jeté le doute ». De l’autre côté de la Garonne, en revanche, la popularité ne faiblit pas. Cantemerle, qui commercialise 580 000 bouteilles chaque année, dont 70 % de grand vin, ne connaît pas la crise. 2010 ne l’affectera pas davantage. Philippe Dambrine, qui a accompagné l’histoire de Cantemerle, le constate :  »40 hectares ont été plantés en 1981 et 1982. Ces vignes en cabernet sauvignon font le cœur du grand vin. Depuis 2005, nous sentons réellement un changement dans l’intensité. » Pour mémoire, Cantemerle est l’un des rares grands crus à être accessibles aux consommateurs pour moins de 25 euros.

L’avenir ?  »Les riches sont de plus en plus riches, reconnaît Philippe Dambrine. Et en Médoc, derrière les locomotives, les wagons doivent vite se mettre sur les rails. » Le directeur de Cantemerle, avec son costume de président du Conseil des vins, pense évidemment aux crus bourgeois : « Le marché asiatique est très demandeur et les maisons de négoce auront besoin de cartouches. »

_Rodolphe Wartel – Sud Ouest_

 

avr 20, 2011

admin

News Châteaux

0

Post by admin

Comments are closed.