Foire aux vins, foire aux malins ?

Elle est au vin, et en septembre, ce que les défilés sont à la "fashion week" : incontournable et terriblement tendance. La foire aux vins assoit son succès depuis 39 ans, notamment dans les rayons des supermarchés, mais est-elle vraiment un bon coup ?

Souvenez-vous… C'était quelques jours avant son lancement. Vous êtiez impatient de planquer votre autocollant « Stop Pub »… Celui qui trône sur votre boîte aux lettres, affrontant de tout son vert sapin musclé les intempéries hivernales et le soleil estival. Celui qui tient bon lorsque la horde de plaquettes publicitaires fait son D-Day plusieurs fois par semaine pour délivrer le consommavore qui est en vous… Cette fois, pourtant, c'est « pas de pitié pour les forêts » ! Vous voilà transformé en glaneur de prospectus glacés et vinifiés, un vrai collectionneur Panini. Faudrait pas qu'il en manque un, quitte à le piquer dans la boîte du voisin… De quoi faire avaler son tofu de travers à votre voisin de palier écolo-crado-végéto-décroissant…

Un phénomène de société attendu chaque année

Z'avez pas honte, non ? Déjà que l'homme habillé comme une serpillère est devenu une espèce en voie de disparition depuis l'arrivée - en jean's - de Cécile Duflot au gouvernement… Z'allez l'achever là ! Oui, je sais, z'avez craqué hein ? Savez quoi, z'êtes pas le seul en cette période de grande braderie viticole qu'est devenue la foire aux vins : 71,5 % des Français s'y rendent pour acheter et la moitié de ceux-là - dont vous peut-être - ont une idée précise des achats à réaliser (Source : Cegma Topo). Même ceux dont les oreilles restent sourdes au chant des sirènes du marketing ès « pinard » peuvent plonger, incapables de résister : un Français sur deux toujours selon Cegma Topo dont, allez savoir, votre voisin de pallier écolo-crado-végéto-décroissant…

Un exercice qui demande effort et concentration

Loin de moi l'idée de jeter l'opprobre sur les amateurs et les néophytes qui saisissent, pendant un gros mois et demi, l'occasion de garnir leur cave de grands vins (il y en a), de tenter l'aventure régionale en dehors du Bordelais (60 % des ventes l'an dernier : encore un effort !) et de saisir de bonnes affaires (de 15 à 40 € pour un vin de très bonne qualité). Moi aussi j'ai fait l'ouverture de l'hyper du coin, les deux mains sur la poignée du Caddie, prête à bondir une fois le rideau de fer levé… Passage à l'acte jouissif après des semaines passées à bachoter. Heureusement je pratique le yoga ; souplesse oblige… Imaginez un peu votre shiva du vin : le stylo, la feuille de papier et la calculette entre les mains, un prospectus publicitaire et un guide des vins entre les pieds !…

Une très bonne aubaine pour la grande distribution

Si Michel Leclerc - RIP - me regarde, il doit se dire qu'il a réussi un sacré coup lorsque, en 1973, il lance en France la première foire aux vins dans quelques-unes de ses enseignes bretonnes. Sacré Michel ! Toujours copié, jamais égalé… Pas étonnant que deux-tiers des vins sont aujourd'hui achetés en grande surface avec, en tête de gondole, la désormais incontournable foire aux vins qui sent bon la rentrée, le travail, les feuilles mortes et, doux euphémisme, la contribution sociale généralisée ou presque… Alors, la foire aux vins est-elle un bon coup ? Pour les directeurs des huit principales enseignes, oui : leur chiffre d'affaire respectif a progressé de 9 % (2011) pour un volume de vente à peu près stable. Et la tendance se confirme pour 2012. Mais pour moi, pour vous ?

Contre les pièges et les « nanars », vive le retour aux sources!

« Dans la limite des stocks disponibles »… Plus de stocks, dès la première heure du premier jour ! « Sur commande exclusivement »… Vérifiez, c'est écrit en tout petit riquiqui… « Un château Lynch-Bages 2008 ? »… Y a pas ! Adieu millésimes 2009, de bon cru dans la plupart des régions, adieu pépites de 2006 aux prix assagis… Retour bredouille et excuses présentées à votre autocollant « Stop Pub »… Pour sûr, on ne vous y reprendra pas ! A vous l'appli smartphone de votre enseigne préférée pour assister aux soirées de vente privée en avant-première, la page Facebook et les QR codes pour suivre les bons conseils et les vraies promos… Sauf si vous préférez acheter un vin plutôt qu'un prix mais, là, vous serez obligé de parler à un vigneron ou à un caviste…

Sémélé

Aucun commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Le Château Soutard vu du ciel
Article suivant
Une étude tente de "segmenter" le consommateur de vin chinois !

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

A découvrir aussi

Ecrire un commentaire

Aucun commentaire sur cet article

Soyez le premier à ajouter un commentaire
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire