Le barrique en kit : IKEA jusque dans nos chais

En surfant sur la mode du "do it yourself" instauré par le géant suédois IKEA, la tonnellerie Renaissance a lancé une barrique à monter soi-même.

« Choisissez de recevoir votre barrique en kit et faites des économies supplémentaires. » tel est l’argument mis en avant par la tonnellerie renaissance et son procédé BARRIKIT pour s’attirer la faveur des vignerons. Le site propose même des images explicatives qui feront office de mode d’emploi pour le montage « à la maison ». Un KIT composé de 24 douelles identiques, deux fonds, six cercles en acier et un bonde en silicone.

Il n'y a plus qu'à suivre les indications le tour est (presque) joué.

Des vignerons qui deviennent tonneliers


En choisissant de se faire livrer ce kit, les producteurs réalisent tout d’abord des économies de l’ordre de 200 à 300 euros par barrique, le prix moyen en France étant 600-650 euros l’unité. Mais ce sont également les remises sur les frais de ports qui sont importantes, un kit prenant environ quatre fois moins de place qu’une barrique habituelle !

Livrer les barriques en pièces détachées a bien des avantages, ça prend moins de place et c’est moins cher. Mais au niveau pratique ce n'est pas la même histoire… Quand on voit la perte de temps et le niveau d’énervement que peut susciter le montage de la table basse "LIATORP", pourtant un modèle standard chez IKEA, on imagine bien notre vigneron s'arracher les cheveux au milieu des douelles décomposées de sa barrique en kit !

En KIT mais pas CHEEP


La tonnellerie Renaissance propose même des barriques « haute gamme » qui certifient les bois sélectionnés d’origine française et de première qualité.

Soucieuse de l’environnement et du développement durable, l’entreprise a voulu une technologie innovante permettant de ne pas gaspiller le bois.
Cette fabrication spéciale BARRIKIT repose sur l’assemblage de deux chênes : le noble à grains fins pour l’intérieur de la barrique et le commun pour l’extérieur.

Reste à savoir si le KIT est livré avec la fameuse "pièce qui reste à la fin", source d'angoisse dans le scketch de Gad Elmaleh :

2 commentaires sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
BIODEGRADABLE
Article suivant
Un Bandol dans le classement des 100 meilleurs vins du monde du Wine Spectator

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

A découvrir aussi

Ecrire un commentaire

2 commentaires sur cet article

IntotheWine

le 15/02/13 à 11:52

On avait fait un article sur Maydouelle une entreprise qui propose des meubles fait avec des douelles de barriques : http://www.intothewine.fr/magazine/idees-cadeaux/maydouelle-le-mobilier-des-grands-crus
remimi

le 15/02/13 à 11:05

Qu'est ce qu'on fait de la douelle de trop ?
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire