Moi, Président de la République, je boirai du vin !

Moi, Président de la République, je prendrai conscience du trésor vinicole français ! Moi, Président de la République, je serai fier de nos vignobles !

Moi, Président de la République, je distinguerai le vin des autres alcools sous le simple prétexte qu’il est culturel. Je favoriserai la création d’émissions sur les terroirs viticoles sur les chaînes publiques ! Moi, Président de la République, je me battrai contre l’alcoolisme en finançant une campagne de sensibilisation pour mieux boire ! Moi, Président de la République, je ne me tirerai pas une balle dans le pied en diabolisant le deuxième poumon financier du pays en matière de commerce extérieur ! Moi, Président de la République, je créerai au contraire un Secrétariat d’Etat à la vigne et au vin pour mieux servir ce secteur ! Et je disposerai la cave de Chasseuil dans les allées du musée du Louvre !

Le soldat Dupont

En Argentine, en Chine, en Espagne, en Australie comme au Liban, j’ai vu des gens fiers de leur production, servant leurs vins dans les plus beaux verres possibles, applaudissant les vignerons, ceux qui cultivent la terre. Et même dans les pays non producteurs, de l’Irlande jusqu’aux Comores, j’ai vu des gens émerveillés par ce produit, vantant son art de vivre, son luxe à la française, en extase devant les pays qui ont la chance de le voir naître.
Alors moi, Président de la République, j’arrêterai de confondre maladroitement les têtes dans le pare-brise, les cirrhoses à la piquette et au Ricard avec les élégants pinots noirs de Faiveley ou avec la finesse des cabernets-sauvignons de Giscours. Moi, Président de la République, je ne m’inscrirai pas dans les pas de Pétain* et d’Evin, pointant du doigt le Sang du Christ comme responsable et coupable d’une décadence certaine ! Moi, Président de la République, je soutiendrai le soldat Dupont et son pamphlet Invignez-vous ! qui n’est qu’une bouteille à la mer dans le but de défendre la cause vigneronne, celle des mains gercées et des dos en compotes, qui sublime nos paysages !

Un Président normal

Et j’irai faire les vendanges à Collioure pour prendre la mesure de la tâche ! Moi, je présenterai ma nouvelle épouse dans les travées de Saint-Emilion, sur la butte de Sancerre ou celle de Châteauneuf-du-Pape et non à Eurodisney. Et, les belles journées, je ne l’habillerai que d’une feuille de vigne. Moi, Président de la République, j’aurai de l’humour. Je parlerai dans le monde entier de ce patrimoine en ratifiant des accords avec une grande bouteille de Pétrus ou de Pavillon. Pour être réélu, j’irai serrer la paluche de Trimbach À Ribeauvillé, de Brumont à Madiran et de Thierry Germain à Saumur ! Moi, Président de la République, je ne m’aventurerai pas dans une nouvelle taxe sur le vin susceptible de confondre une fois encore ce produit de la terre avec les ravages du tabac ou de la vodka Red Bull. Et, faute de valider cette taxe, je ne me servirai pas de l’outil européen pour dire au citoyen que cette taxe est en fait inévitable. Moi, Président de la République, j’allumerai la flamme du vigneron inconnu et je ne serai pas le faux-cul de service en fermant les yeux sur cette diabolisation hygiéniste alors que ma cave recèle de jolis millésimes ! Moi, Président de la République, il m’arrivera même de boire du vin plus que de raison pour rire avec mes amis en jouant à la pétanque ! Moi, Président de la République, je serai un Président normal !

Jean-Charles Chapuzet

Jacques Dupont, Invigniez-vous, Grasset, 141 pages, 9, 90 €
* Des mesures hygiénistes furent prises en ce sens sous le Régime de Vichy.

10 commentaires sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Vente exceptionnelle des photos d'Eric Boissenot au Château Brane-Cantenac, au profit de l'association "Solidair"
Article suivant
Redressement productif : Faut-il boire Français ?

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

A découvrir aussi

Château Vieux Lescours

France, Bordeaux, Saint-émilion grand cru
Voir sa fiche

Château Barreyre

France, Bordeaux, Bordeaux supérieur
Voir sa fiche
Ecrire un commentaire

10 commentaires sur cet article

Philippe Lejeune

le 01/06/13 à 19:30

Bon c'est le week-end, enfin
Du soleil et du temps pour lire tranquillement.
Grand bravo, et effrayant de vérité...cette lecture me produit à la fois decouragement, colère, révolte. Quelle direction suivre?! Le respect se mérite et c'est dans les actes de l'homme que l'on mesure sa grandeur. Pauvre France, avec des capitaines incapables de protéger ces trésors à leurs pieds. Où sont ces dirigeants qui ont des tripes?!

Chapeau bas Chapuzet! La plume sur le web est l'arme de ce nouveau siecle!!! Bon vent, et merci de poursuivre le réveil des âmes anesthésiées!!!
Mathilde B

le 31/05/13 à 14:12

Merci et bravo Mister Chapuzet, superbe, impeccable...
J-E BONNAIRE

le 31/05/13 à 11:38

Bravo Jean-Charles pour l'objectivité de cet article ! Cela donne envie de continuer le combat.

Moi, Président de la République, je remettrai en cause la loi Evin, à laquelle a contribué un certain Monsieur Jérôme Cahuzac. Moi, Président de la République, j'instaurerai la journée mondiale des vins français. Moi, Président de la République, j'offrirai des vins français aux autres chefs d'Etat, lors de mes visites officielles...

Moi, Président de la République, je lirai les articles de Jean-Charles Chapuzet !
Philippe MARGOT

le 31/05/13 à 11:19

Pour avoir déjà vu cette photo, je l'ai immédiatement placée dans mon "Bêtisier du Savoir-Boire", un classeur plein de sommités de notre monde, rois, reines, baronnes, présidents, acteurs, certains propriétaires de grands domaines, et j'en passe, souvent pourtant conseillés par un chef du protocole, mais qui ne savent pas encore qu'un verre sur pied se tient par sa jambe et non par son calice.
Cela s'apprend jeune comme tous les bons usages, sans quoi, par réflexe, il arrive ceci !.
Car cette manière de boire "cul-sec" est vulgaire, réchauffe le vin et laisse des traces sur le cristal...
Qu'on se le dise !
Christophe Libaud

le 30/05/13 à 20:15

mea culpa pour l'impossible phôte de mon précédent post, l'émotion sans doute, il fallait bien entendu lire : ..."s'invignait"...
Comme disait l'excellent éternel second : "la prochaine fois je ferai mieux"
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire