Millésime 2012 : rare et précieux en Bourgogne, témoignage de Jacques Lardière

## Du jamais vu ! Voilà ce que les professionnels bourguignons disent de la météo de l’année.

Face aux caprices du temps, ils ont redoublé d’efforts pour obtenir le meilleur de leurs vignes. Les premières dégustations rassurent.

Du nord au sud de la Bourgogne, la filière est unanime : la qualité des vins en cours d’élaboration est excellente, inespérée au vu des conditions climatiques. Seule ombre au tableau, les quantités récoltées sont en baisse par rapport à la moyenne, autour de 20 % selon les estimations.

Hiver doux, mars printanier, fraîcheur et gel au printemps, mai estival, juin rafraîchi et pluvieux, été instable, canicule, grêle, orages… un programme météo chargé, qui n’a pas épargné les vignes. Le froid et l’humidité du printemps ont engendré coulure (non transformation de certaines fleurs en fruit), millerandage (fécondation incomplète de la fleur qui donne de petites baies) et une forte pression du mildiou et de l’oïdium. Les brèves mais fortes chaleurs de l’été ont provoqué échaudage et grillure des baies.

Ces phénomènes, survenus avant la période de maturation, ont entraîné une baisse significative de récolte, sans impacter la qualité des raisins. Au contraire, des grappes aérées aux petites baies garantissent concentration et intensité.

Ayant dû composer avec les éléments et se battre au jour le jour, les hommes, comme le matériel, ressortent usés, mais vainqueurs, de cette campagne. A l’heure des vendanges, sous le soleil, c’est une matière première saine, exempte de maladie et de pourriture, qui a rejoint les cuveries.

### Rare, le millésime 2012 des vins de Bourgogne n’en sera que plus précieux !

Jacques Lardière, de la maison Louis Jadot revient sur ce nouveau millésime:

_ »Millésime né d’une saison chahutée, pleine de contraste de vie au rythme peu commun._

_Chaque année le vigneron assure le suivi régulier de ses ceps ; en 2012 il a dû s’arcbouter, et ne rien « lâcher » pour combattre et vaincre les maladies cryptogamiques… et sauver la récolte._

_Mais à travail laborieux, la nature – dans une grâce mille fois appréciée – nous a préservé de la pourriture, et les raisins rentrés aux chais étaient d’une qualité étonnante … rendant aux visages des hommes, une clarté nouvelle, dégageant les rides qui s’incrustaient jusqu’alors aux visages inquiets !_

_On parle de ce qui est sauvé … car tous les aléas – avec la grêle en plus – ont divisé par deux la récolte._

### La réponse optimiste est dans la qualité des vins.

_Les rouges sont une belle réussite._

_Les blancs semblent prendre un chemin d’élégance, sans lourdeur, et ce style devrait plaire à tous. »_

Propos recueillis en Décembre 2012

 

mar 18, 2013

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.