Note suprème de Robert Parker pour un vin de vérité : le desir 2008

Dès que Jess Jackson a appris la nouvelle, il a appelé son winemaker (et associé au Château Lassègue à St Emilion) le gascon Pierre Seillan pour la lui annoncer.

Robert Parker, pour la deuxième année consécutive, note 100/100 un vin de Vérité : Le Désir 2008.

L’année dernière, le célèbre critique avait donné 100 points à la Joie 2007. C’est extrêmement rare que Robert Parker couronne un vigneron deux années de suite.
Il s’en explique dans la dernière « livraison » du Wine Advocate. Pour lui, les vins de Pierre Seillan sont de grands vins de garde qui prouvent la qualité des terroirs californiens.

La note suprême récompense le travail de Pierre Seillan. Il prouve que grâce à une sélection de « micros crus », une viticulture adaptée et une vinification particulièrement réussie qui respecte les origines des sols (son crédo), on peut élaborer de grands vins en Californie.

#### Désir 2008 selon Robert Parker :

« Un vin parfait ce Désir 2008 (1500 caisses), à boire à partir de 5 à 7 ans d’âge et qui pourra attendre 35 à 40 ans. Le Désir 2008 est un assemblage de 61% de cabernet franc, 31% de merlot, de malbec et de cabernet sauvignon. Les raisins proviennent tous d’ « Alexander Mountain Estate » dans la Sonoma Valley.
Ce vin développe des arômes extraordinaires de myrtille, de pain grillé, de réglisse, de camphre, d’encens, de terre et de cassis. Tous ces arômes prodigieux laissent place à un vin très intense et bien charpenté, bien que très élégant, ce qui n’est en soi pas surprenant étant donné la proportion de cabernet franc dans l’assemblage.
Le Désir 2008 est pur, riche et sapide, avec une finale de feuilles de tabac et de boîte à épices. Il s’inscrit de façon tout à fait remarquable dans la lignée des grands noms des vins de style Bordelais. »

« Jess Jackson et son « winemaker » Bordelais Pierre Seillan, ont élaboré 2008 en redoublant d’efforts par rapport aux 2007 (les meilleurs vins qu’ils aient produit jusqu’ici).

Pour bien comprendre ces vins, les lecteurs doivent garder à l’esprit qu’ils ne sont pas élaborés dans l’optique d’être bus tout de suite mais après une garde prolongée en cave. Pierre Seillan a une réelle envie de produire des vins dans lesquels on retrouve la maturité des fruits californiens ; maturité soutenue par leur structure et leur capacité à bien vieillir comme les grands vins bordelais. Toutes ces cuvées proviennent des vignes du comté de Sonoma dont Jess Jackson est propriétaire.

La Muse (à dominance de merlot) représente la rive droite de Vérité ; ce vin a une consonance de Pomerol. La Joie est un vin de type médocain dominé par le cabernet sauvignon. Le Désir évoque plus un St-Emilion ou un Graves dominé par le cabernet franc assemblé à du merlot. Ces vins ne devraient être bus qu’à partir de 4 ou 5 ans et peuvent se conserver pendant trois décennies ou plus.

Si vous n’avez pas suivi les résultats publiés en 2010, les voici : Le Désir 2007 (98), La Joie 2007 (100) et La Muse 2007 (99) ».
Pour cette année : Le Désir 2008 (100), La Joie 2008 (96+) et La Muse 2008 (96).

Pierre Seillan est en train de gagner son pari et le défi que lui a lancé Jess Jackson à son arrivée en Californie, il y a 13 ans. « Pierre, je sais que nous pouvons élaborer de grands vins de garde sur les grands terroirs de Sonoma, comme à Bordeaux. Vous avez carte blanche. »

Depuis, les deux hommes entretiennent une amitié et une complicité d’amoureux de grands vins.
Dans quelques jours, Pierre Seillan présentera Lassègue 2010 aux dégustateurs internationaux en primeurs à Bordeaux. A goûter absolument.

 

mar 21, 2011

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.