Pommard, Meursault, Volnay à nouveau dévastés par la grêle.

Pommard, Meursault, Volnay à nouveau dévastés par la grêle. Nos pensées fraternelles accompagnent nos confrères éprouvés. Demain nous pouvons tous être frappés par de semblables cataclysmes.

Comme tout le monde j’ai écouté à la radio et la télévision la déploration des victimes face aux promesses gouvernementales oubliées. Je partage leur indignation (rien n’est plus insupportable que les trompeuses espérances distillées par les politiques) mais pas leur amertume. Il y a quand même une sorte d’angélisme à espérer qu’un Etat en faillite puisse encore distribuer des secours.

Maintenant, réalité oblige :

-l’Etat ne pourra pas nous sauver du péril des catastrophes naturelles.
-Toutes les exploitations n’ont pas les ressources pour s’en prémunir par l’assurance.
-Les équipements préconisés (canons, fusées) ont fait la preuve de leur réussite limitée (pour ne pas dire impalpable).

Reste quelques interrogations fondamentales :

-Pourquoi nos ancêtres ne plantaient-ils pas telle ou telle parcelle ?
-Pourquoi entretenaient-ils des haies et autres boqueteaux ?

Il semble qu’ils aient observé et repéré les couloirs empruntés par le gel et la grêle et en aient tiré de prudentes conclusions, à défaut d’en avoir déterminé les causes.

Grâce à la météorologie scientifiquement affinée par les mathématiques, nous avons acquis quelques connaissances supplémentaires sur le régime des vents et de l’hydrométrie et leurs effets au ras du sol.

Probablement aurions-nous tout intérêt à repenser l’implantation de nos vignobles à l’aide de ces anciennes pistes modernisées par l’évolution du savoir académique.

Quitte à sacrifier quelques hectares ici et là, pour les rendre à une nature parfois hostile mais souvent, aussi, protectrice.

Pour cela il faudrait bien sûr sacrifier également une part importante de notre orgueil pour oser penser comme nos prédécesseurs, au ras du sol.

 

juil 02, 2014

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.