Quand le vin devient du chinois

« A la requête des VIF, la FNSEA, nonobstant les directives de la PAC, appelle en consultation le CNIV mais confie à l’INRA en liaison avec l’INAO, la mission d’évaluer l’impact des CTPS sur les IG et VSIG. Un rapport sera remis à l’OIV et la question à l’ordre du jour du CCVF. Quant au CNAOC appuyé par le CIVC et le CIVB, il se réfugie derrière les ODG, l’IVF et l’ICV pour s’en remettre au DRAAF. Ce qui laisse entière la question des BRF. »

(Ce texte a été élaboré à partir des sigles (DIX NEUF au total) relevés cette semaine sur UNE seule page d’un hebdomadaire professionnel national.)

Au secours ! Faudra-t-il désormais fournir à chaque lecteur un dictionnaire de Volapük ?

Ou bien aux journalistes de la filière un exemplaire des PRECIEUSES RIDICULES….

 
Post by admin

2 Responses to Quand le vin devient du chinois