Quand le vin part en sucette…

Après le rosé pamplemousse, et le blanc châtaigne, c’est donc le rouge Coca-Cola qui débarque. Baptisé “Rouge Sucette”, ce nouveau produit, qui viendra fournir les étalages au rayon des vins aromatisés, perçu par certains (souvent ceux qui sont à l’origine du projet…) comme une innovation, destiné à démocratiser le vin rouge auprès des jeunes, fait figure de sacrilège auprès des amateurs de “vrai” vin.

### Un vin pour la génération coca ?!?!

“Nous ciblons les buveurs plus jeunes, ainsi que les femmes”, explique Pauline Lacombe, Directrice Marketing, la “génération Coca-Cola” pourrait-on dire. Plusieurs questions surgissent tout à coup. Qui visent-ils vraiment ? Doit-on immiscer le Coca-Cola dans le vin pour le démocratiser auprès des jeunes ? Est-ce qu’on peut toujours parler de vin ? Le vin part-il en sucette ?

![](media:9462 500x)

Officiellement, le “Rouge Sucette” est destiné à “aider les jeunes à faire la transition entre les boissons non-alcoolisées et les autres que boivent les adultes”. En gros, à sortir de l’adolescence et faire le pas vers l’âge adulte, comme s’il fallait une sucette pour les grands qui ne le sont pas suffisamment pour déboucher une bonne bouteille.

Derrière ces apparentes bonnes intentions, n’y voit-on pas un fin petit jeu marketing ? Ce produit dénature complètement le vin qui est un produit naturel, culturel, intimement lié à son terroir et à son histoire, ainsi qu’aux être humains qui sont derrière sa production. Bien sûr il existe des vins dont la production prend un tour industriel, mais on semble franchir une ligne en mélangeant ce produit naturel fruit du raisin et du travail de l’homme au profit d’un produit sans âme aussi chimique que l’arôme cola. La démocratisation, c’est bien joli, mais il existe d’autres manières telles que l’éducation par le goût des bonnes choses dès le plus jeune âge, une explication didactique et une présentation ludique de la dégustation du vin. Nul besoin de détourner l’attribut fondamental d’un produit pour sensibiliser les jeunes. Nombreux sont ceux qui s’insurgent contre le fait que le vin soit associé au binge drinking, et menacé par une taxe comportementale. Souvent on a jeté la pierre sur les cocktails et autres mélanges aromatisés, alors on imagine difficilement comment cela rendrait service au vin que de le ranger au rayon des cocktails avec les autres alcools à mélange comme la vodka, le whisky et le Get 27.

### Les vins sans âme : un marché en pleine expansion

![](media:9466 500x)

Les vins aromatisés ne sont pas un fait nouveau, puisque le rosé pamplemousse et le blanc châtaigne avaient déjà envahi l’année dernière les rayons alcools de tous les supermarchés pour plus de 15 millions de bouteilles vendues en seulement un an. Ces chiffres sont estimés à la hausse pour l’année 2013, et l’on s’attend à avoir vendu plus de 30 millions de bouteilles d’ici la fin de l’année. On comprend mieux là les motivations de ce négociant à promouvoir ces boissons aromatisées.

Lancée par Haussmann Famille, Sucette est une gamme qui se déclinera aussi bien en rosé avec l’arôme fruit de la passion, qu’avec le rouge désormais, saveur Cola. Sur son créneau, Sucette, se veut “haut de gamme”, ce qui peut étonner quand on s’attarde sur son prix légèrement inférieur à 3€…

### Un coca mis en bouteille au Château

Nombreux sont les mélanges incongrus qui remplissent nos verres aujourd’hui. “Chacun son sale goût” comme dirait l’autre, chacun est libre de boire ce qui lui plaît, le problème n’est pas là. Par contre le message, lui, passe plus difficilement et fait l’amalgame entre “démocratisation” et pur objet marketing. Ils auront beau parler de produit “de transition”, ce produit et sa stratégie semblent plutôt aboutis. C’est une fin en soi, une boisson avec son marché bien à elle, et une bouteille avec son rayon bien à elle qui ne semble aucunement vouée à rediriger les jeunes vers le vin tel qu’on l’entend : 100% de jus de raisin fermenté.

Il y a 25% d’eau et d’arômes, pour seulement 75% de jus de raisin dans le Rouge Sucette. Certains s’insurgent déjà lorsque des producteurs se servent de levures exogènes pour faire fermenter leur jus, que diront-ils après avoir goûté un vin avec des arômes complètement étrangers aux raisins et aux vignes…? Il diront sûrement que le vin part en sucette. Ces “vins” présentés à Vinexpo auront bientôt leur rayon, à quand la Sucettexpo ?

Nos parents nous ont toujours dit de ne jamais accepter les bonbons des inconnus. Bon, les commerciaux de Haussmann Famille ne vous attendent certainement pas devant leur vieux van Citroën gris à la sortie de l’école avec un long trenchcoat, mais à votre place, mieux vaut ne pas accepter la sucette – si rouge soit-elle – qu’il vous tendra en souriant gentiment : “c’est pour mieux te sensibiliser mon enfant…”

![](media:9461 500x)

 

juil 03, 2013

admin

Actualités

1

Post by admin

One Response to Quand le vin part en sucette…