Restaurant Noma : une tourista trois étoiles à 200€ pièce hors frais médicaux.

## On nous avait prévenus très tôt du danger de passer sous les échelles…
… de négliger les clous pour traverser les rues, accepter les bonbons de vieux messieurs en imperméables gris , de porter nos chaussettes à l’envers, de l’abus (avec excès) de la masturbation, de renverser le sel et croiser un chat noir.

Plus tard, on nous a prévenus contre le tabac, les jeunes filles blondes platinées, l’alcool, les lipides, les glucides, les lasagnes et autres ravioles, la politique, la vitesse, les médicaments, le libéralisme, la sexualité orale non protégée conjuguée à l’enrichissement en devises fortes associée au virus tenace du capitalisme apatride.

Mais QUI nous a jamais alerté contre le risque majeur (et peut-être fatal) de fréquenter un restaurant TROIS ETOILES, sacré meilleur restaurant du monde ?*

A Copenhague le restaurant Noma vient de faire une soixantaine de victimes à 200€ pièce hors frais médicaux.

N’importe quel humaniste aurait pu s’en douter : Noma est son nom. Depuis la plus haute antiquité on sait qu’en grec ancien « numein » signifie « dévorer » et désigne une forme de stomatite gangreneuse foudroyante qui se développe dans la bouche et ravage atrocement le visage ! (sic)

Il faut du courage pour accrocher une telle enseigne au dessus de sa porte. Il faut de l’estomac pour y retenir une table. Et mourir de faim pour y travailler puisqu’on nous informe que les premières victimes de ce fléau étoilé furent les employés de la maison.

Effet de la Babel contemporaine, lesdits employés empoisonnés ne purent alerter leur hiérarchie sur ce qu’on a pudiquement qualifié de dysfonctionnement, au motif qu’ils ne possédaient pas suffisamment la langue véhiculaire locale.

Toute cette affaire paraîtrait folle (ou simplement loufoque) si elle ne rappelait par métaphore (promesses étoilées, maigres portions, vomissements et diarrhées assurés, logorrhée indéchiffrable) les maux qui empoisonnent présentement soixante cinq millions de nos concitoyens coupables d’avoir cru à l’infaillibilité des guides gastronomiques. électoraux.

* Le Figaro – 11/03/13 + Wikipedia

 
Post by admin

Comments are closed.