« Touche pas à mon champagne »

Pour les viticulteurs, la vigne c’est la vie et le Champagne est un produit de terroir d’exception. Le métier est généralement une tradition et se transmet de génération en génération.

Mais à travers le monde, la marque Champagne est exploitée. On peut ainsi trouver du faux Champagne – qui n’est même pas produit sur le sol français et encore moins en Champagne- du parfum, des chaussures, des biscuits, du shampoing et même des jouets pour animaux du nom de Champagne. Le Champagne est un produit de prestige dont la consommation est réservée à une élite. Tous veulent s’emparer de la notoriété de la marque Champagne.

Ce sont des pratiques qui indignent les viticulteurs champenois très soucieux de préserver et protéger la notoriété Champagne. Il est donc primordial de s’organiser pour protéger une appellation réservée à ce terroir unique.

###  »un jour quand on dira Champagne on ne saura pas si on pense à un vin, à un parfum, à un soda, à des chaussures… »

Le CIVC (Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne) a donc pour mission de lutter contre ces pratiques abusives et de veiller quotidiennement au respect de la marque.
Sur France 24, Charles Goemaere, responsable du service de protection de l’appellation Champagne nous explique que « si on laisse se multiplier les autres usages de l’appellation Champagne; un jour quand on dira Champagne on ne saura pas si on pense à un vin, à un parfum, à un soda, à des chaussures, à des briquets, des jouets pour les animaux…ect. Donc notre objectif, c’est d’éviter ça. »

Aujourd’hui l’appellation Champagne bénéficie d’une protection dans 130 pays du monde entier dont les Etats-Unis, qui sont les seuls à ne pas respecter cette appellation puisque des viticulteurs californiens continuent de produite et de commercialiser du « Champagne ». Le CIVC a donc mis en place une campagne publicitaire pour informer le consommateur américain et lui faire comprendre les origines des produits. Par exemple, une première affiche de campagne posait la question « Le saumon d’Alaska vient-il de Floride ? » et la seconde se demandait « Le Champagne ne vient-il pas de Champagne ? ».

### Une véritable guerre économique

Pour défendre ses convictions, le CIVC engage des sommes très importantes en millions d’euros pour attaquer systématiquement en justice ceux qui veulent passer au travers des mailles du filet. En 1990, la prestigieuse marque de luxe Yves-Saint-Laurent sort un parfum nommé Champagne. Le CIVC réagit immédiatement et obtient l’interdiction de ce parfum qui doit être rebaptisé.

Dans des cas comme celui-là le CIVC parle de détournement de la notoriété de l’appellation Champagne car les sociétés peuvent ainsi profiter de la valeur ajoutée dégagée par l’appellation Champagne.

Le cas de Champomy par exemple : le Champagne pour les enfants. La bouteille nous renvoie bien l’image et l’univers prestigieux du Champagne. Il y a dix ans, un accord a été passé entre le CIVC et le groupe Pernod Ricard, créateur de la marque Champomy, qui est un accord de coexistence, c’est à dire un accord qui tolère l’utilisation du nom Champmoy mais qui interdit au groupe de faire référence à l’univers du Champagne dans tous ces moyens de communication pour promouvoir son produit.
Pernod Ricard a donc respecté cet accord et c’est au bout de dix ans qu’il rompt le dit accord. Le CIVC a voulu réagir mais a perdu le procès. Le motif : « en dix ans, Champomy a créé son propre univers, celui de la boisson des goûters pour enfants, et que la marque ne saurait être confondue avec le roi des vins », selon Mr Thibault du Manoir, avocat.

Aujourd’hui, on parle de guerre économique. Maître Thibault du Manoir, auteur de « Les robes noires dans la guerre économique », explique sur France 24 que « lorsqu’on a une victoire, lorsqu’on est dans un domaine aussi important que le Champagne, on essaie de la médiatiser et on essaie de dire à tout le monde attention vous avez vu j’intente un procès dès que j’ai la moindre infraction, la moindre atteinte à la réputation Champagne donc ne venez pas chasser sur mon territoire ».

Les avocats ne sont pas encore suffisamment sensibilisés et formés à l’intelligence économique. « Le droit n’est pas suffisant, c’est un outil parmi tant d’autres ».

Le Champagne est un exemple pour le respect des produits « Made in France » et des produits avec l’Appellation d’Origine Contrôlée.

Pour voir la vidéo [cliquez ici](http://www.france24.com/fr/12-24-1014-champagne-marque-appellation-protection  »lien France 24 »)

 

jan 03, 2012

admin

Actualités

0

Post by admin

Comments are closed.