Vente exceptionnelle des photos d’Eric Boissenot au Château Brane-Cantenac, au profit de l’association \ »Solidair\ »

## Le Lundi 17 Juin aura lieu à 19 heures au Château Brane Cantenac, à Margaux, une vente exceptionnelle des photos d’Eric Boissenot au profit de l’association  »Solidair » du Docteur Chastan.

###Pourquoi le Docteur Philippe Chastan et son association  »Solidair » ?

L’idée de cette vente exceptionnelle des photos d’Eric Boissenot nous est venue un jour où nous discutions du succès de son exposition et des suites que nous pourrions lui donner ! Nombreux avaient été les visiteurs désireux d’acheter ces photos …C’est en rencontrant Philippe Chastan que nous avons compris que ses valeurs étaient les nôtres et que son action caritative, discrète mais ô combien indispensable, valait plus que tout d’être soutenue. Réservé, ne se vantant jamais de ses exploits, de ses vols périlleux ou de ses dons généreux, le docteur Chastan s’enflamme toutefois lorsqu’il parle de ses amis médecins africains, de leurs besoins immenses et de leur total dénuement dans des endroits aussi reculés et improbables que les îles Bijagos en Guinée Bissau (voir la carte !). A Brane, nous sommes attachés à la qualité et à l’efficacité tout comme Solidair. Voilà pourquoi nous nous entendons si bien !
Spécialiste de la chirurgie digestive et de la paroi abdominale, mondialement connu, le docteur Chastan est à ses heures perdues (même s’il n’en a guère…) un pilote d’avion aguerri. Amateur passionné, il s’est mis au service des plus démunis depuis presque 20 ans. C’est en 1995 alors que pilote encore peu expérimenté, il participe à un raid humanitaire qu’il crée Solidair pour récolter des fonds afin de financer des organisations caritatives et des actions au Mali, au Burkina Faso ou encore en Ethiopie. Des régions dont les noms seuls évoquent famine et misère. Mais les déceptions causées par la mauvaise utilisation des fonds par les ONG, les détournements perpétrés par les douanes ou encore la corruption des administrations l’incitent à organiser personnellement les actions et à s’impliquer davantage. C’est alors qu’il décide de livrer lui-même, au nez et à la barbe des douaniers, du matériel chirurgical de haute technologie (100 000 euros).
Depuis 8 ans, Solidair se bat pour aller directement et sans intermédiaire là où c’est nécessaire, au plus profond du continent et au plus près des nécessiteux, là où l’on sait que le matériel ne sera pas détourné, là où l’on sait qu’il y a des vies précieuses à sauver et que ceux qui ont charge d’âme pensent d’abord à éradiquer la maladie avant de penser à leur célébrité. Chaque année, le docteur Chastan récupère du matériel et des médicaments auprès de sociétés qui les lui donnent généreusement, mais le financement des expéditions est entièrement à ses frais. C’est pourquoi nous avons choisi de lui consacrer les fonds récoltés de cette vente et afin de lui permettre de continuer à développer ses aides ciblées vers de nouvelles destinations, telles que la Roumanie et l’Albanie.

### Cette vente aux enchères sera conduite par Monsieur Jamie Ritchie, CEO de Sotheby’s Wine – USA & Asia

‘Je suis honoré de participer à cette soirée d’exception, qui combine l’art de créer le vin avec celui de la photographie, tout en levant des fonds bien nécessaires pour une œuvre caritative qui en vaut vraiment la peine : Solidair’
Jamie Ritchie dirigera cette vente aux enchères gracieusement pour le bénéfice de ‘Solidair’. Nous lui sommes extrêmement reconnaissants de nous faire le don de son temps précieux et de son énergie, plus particulièrement au cours de Vinexpo, période très chargée en évènements importants.
Monsieur Ritchie vient de célébrer son 21ème anniversaire chez Sotheby’s. Il a rejoint la firme à Londres en 1990 et a été responsable de la première vente de vin de Sotheby’s à New York en 1994. Il s’est installé aux USA en 1995, lorsque Sotheby’s l’a nommé à la tête du Département des Vins-Amérique du Nord. Plus récemment, il a accru le nombre de ventes de vin réalisées par Sotheby’s en élargissant les affaires jusqu’en Asie, avec des ventes atteignant 98 millions de dollars en 2011 à Hong Kong. Monsieur Ritchie est l’un des meilleurs commissaires-priseurs spécialistes en vin, et il fut l’un des adjudicateurs lors des 16 ventes consécutives ‘gants blancs’, consistants en 10.202 lots – sans aucun invendu !
Qui est Eric Boissenot ?
« Seul garçon d’une famille de trois enfants, d’une mère enseignante et d’un père œnologue, tous les deux attirés par l’Art, Eric s’intéresse très vite au monde artistique et à ses diverses formes d’expressions. Il apprend d’abord le dessin puis la musique (flûte traversière, piano). Il n’a que douze ans lorsqu’il achète, avec ses économies, son premier appareil photo d’occasion, un Yashica. Fasciné par les appareils et leurs mécanismes, il prend un plaisir ineffable à leur redonner vie. Les appareils qu’il utilise fonctionnent, sans pile, ni cellule et datent des années 1900 à 80 : chambres « grand format », Rolleiflex 3.5f, Leica M3 ou Graflex…. L’esthétisme de l’appareil est indissociable de la photo, il doit plaire aussi, avant d’être fonctionnel. C’est dans ce désir profond de rester vissé à l’essentiel qu’il se focalise sur le sel d’argent, ce noir et blanc et ses nuances si troublantes. En parfait autodidacte, il lit de nombreux ouvrages, aménage un laboratoire dans sa maison familiale et pratique ses tirages en chambre noire. En 2004, il apprend avec Jean-Claude Dal Cin, un des plus grands spécialistes en ce domaine, le « Zone-système », méthode de calcul du temps d’exposition et de développement qui donne une densité optimale aux valeurs de gris si chères à Ansel Adams. La vie d’Eric se partage entre deux passions, chacune lui demandant du temps, de la rigueur, de la minutie, de la sensibilité, un goût affirmé pour la composition et l’équilibre d’une photo, d’un vin. La première est son métier, l’œnologie, pour lequel nous pourrions dire, comme René Goscinny, « qu’il est tombé dedans quand il était petit ». Son père a su lui transmettre ses connaissances et son amour pour le vin. Les capacités gustatives et organoleptiques étaient déjà dans le lègue du patrimoine génétique. Sa deuxième passion est la photographie. A court de temps, il fait donc des portraits de passants, de sa femme puis de ses trois enfants. Mais il trouve sa plus grande inspiration dans les paysages, les lignes et les tracés des cours d’eau, les reflets des eaux endormies ou le réalisme poétique. Lors de ses tournées et de ses déplacements de travail, Eric est toujours accompagné d’un boîtier prêt à immortaliser un moment impromptu ou magique. Ses références en photo d’art sont Ansel Adams, Richard Avedon, Alex Webb, Henri Cartier-Bresson, Rony Willis, Sabine Weiss, Diane Airbus, Joseph Koudelka, Sebastiao Salgado…»- Christine Boissenot

### Qui est Eric Boissenot ?

Eric Boissenot (43 ans) est l’œnologue conseil de Château Brane-Cantenac. Il dirige, avec son père Jacques, dont la réputation n’est plus à faire, le laboratoire d’œnologie basé à Lamarque, qui porte leur nom et consulte pour de très nombreux châteaux sur la Rive Gauche, tels que les châteaux Margaux, Latour, Lafite, Mouton, Pichon Longueville, Léoville Las Cases et Barton, Ducru Beaucaillou ou encore Arsac, pour n’en citer que quelques-uns. Il a récemment intégré le classement des 100 personnalités les plus influentes du monde du vin en France établi par La Revue du Vin de France.
Dans ses vins, ce spécialiste du Médoc recherche avant tout l’équilibre l’élégance et le fruit avec une mention particulière pour le cabernet sauvignon qu’il apprécie plus spécialement.
La plupart de ses clients ne savent pas qu’il est aussi un photographe « extra-ordinaire », discret mais très talentueux, qui a exceptionnellement accepté de participer à la série ‘Brane Vu Par…’ créée à Brane l’an dernier et inaugurée avec Patrick Durand, ancien photographe de l’agence Sygma. Loin du monde artificiel de la retouche et de ‘photo shop’, Eric Boissenot expose des photos en noir et blanc et en argentique uniquement, pleines de sensibilité et profondément émouvantes. La finesse de chaque détail, la précision du trait et des contrastes rappellent le dessin au crayon de mine ou la plume à l’encre de Chine. Sa vision de Brane-Cantenac est celle d’un illustrateur raffiné plutôt que d’un peintre impressionniste. Nous sommes dans un univers de précision, de délicatesse et d’élégance…tout comme les vins qu’il aime et contribue à créer.
Château Brane-Cantenac est un second grand cru classé de Margaux, appartenant à Henri Lurton depuis 1992. Sa réputation impeccable est bâtie sur un vignoble de 75 hectares répartis sur plusieurs parcelles, la plus vaste étant la plus belle croupe de graves profondes de l’appellation. A Brane, Henri Lurton a gardé de la tradition ce qu’elle a de vivant et sélectionné dans les techniques modernes ce qui convient à un traitement doux et naturel du raisin. Son objectif est de faire chaque année le meilleur vin possible, exprimant le grand terroir dont il est issu. Château Brane-Cantenac produit aussi un second vin de très grande qualité, Baron de Brane, et le Château Notton.

POUR VOIR LE CATALOGUE CONTENANT PHOTOS ET LOTS DE VIN :

[http://www.brane-cantenac.com/flipping_book_bc](http://www.brane-cantenac.com/flipping_book_bc  » »)

LES PHOTOS SONT DES ORIGINAUX EN ARGENTIQUE, SUR PAPIER BARITE DE GRANDE QUALITE, ENCADREES ET SIGNEES

Contact media : Corinne Conroy 0557888333 ou cconroy@brane-cantenac.com

 
Post by admin

Comments are closed.