Vin : A la recherche de la patience perdue…

## Le chemin de fer a réduit le tour de la terre à 80 jours. L’avion à quelque chose comme 48 heures. L’informatique à quelques secondes.

On voit qu’une idée nouvelle à Paris le matin devient déjà ancienne le soir à Honolulu .

Dans un contexte aussi précipité contraignant les industriels à inventer à toute allure des produits originaux sous peine de péricliter plus rapidement qu’une nova dans un trou noir, il est stupéfiant que notre bon vieux vin continue d’intéresser encore quelqu’un.

Un produit qui existe probablement depuis plus de trois mille ans, demande tant de patience pour l’élaborer, l’élever, l’amener à maturité, devient un immense paradoxe quand ses thuriféraires n’attendent pas deux mois pour jeter la dernière tablette achetée
à prix d’or mais déjà dépassée par un nouvel équipement sorti le matin-même.

Ne nous endormons pas sur un constat qui n’est rassurant qu’en apparence. Le marché du vin évolue lui aussi plus vite qu’on ne se plaît à le croire.

Tenez, pas plus tard que la semaine dernière on m’a offert du vin sans alcool et je m’attends à ce qu’on m’offre du vin sans raisin d’une minute à l’autre . Sans impatience.

 
Post by admin

Comments are closed.