Domaines Rollan de By : Vin, caviar, cigare et Cie. (Article paru dans Sud-Ouest)

Jean Guyon, propriétaire de Rollan de By, en Médoc, nourrit de nombreux projets, dont celui de créer une marque de vins de cépage français.

«Il existe une constante entre la décoration et le vin : ce sont les deux mille détails auxquels il faut penser, tant en architecture d’intérieur qu’en viticulture, et qui font la différence entre une œuvre réussie et un simple travail artisanal. »

Jean Guyon parle en connaisseur. S’il a délaissé depuis deux ans ses riches clients, dont il décorait les hôtels particuliers et les palais orientaux, l’obsession du détail ne l’a pas quitté pour autant. Elle le guide dans toutes les notes qu’il apporte à son vignoble de Rollan de By.

En 1989, ce Parisien élégant et homme d’affaire avisé s’offre 2 hectares dans le Nord-Médoc. « Ma danseuse », dit-il. « Les bâtiments étaient délabrés, le père de Pascal Obispo vivait misérablement dans la chartreuse, qui prenait l’eau. »
Une situation enviable

Vingt-deux ans plus tard, Jean Guyon règne sur 90 hectares de vignes répartis sur quatre propriétés à Bégadan et Saint-Christoly (Rollan de By, Haut Condissas, Tour Seran et La Clare).

De ses parties de chasse aux quatre coins du monde, il a rapporté des trophées qui ornent la chartreuse, rénovée et décorée par ses soins, bien sûr. Les toits des bâtiments techniques arborent 2 500 mètres carrés de panneaux solaires ; les chais, impeccablement tenus, sont flambant neufs. Ses cuvées sont fréquemment placées en tête des dégustations internationales. Un marché avec Air France, qui sert trois de ses vins à bord de ses avions, lui apporte une notoriété que beaucoup lui envient. Les ventes tant à l’export qu’en France, où Rollan de By occupe les gondoles des supermarchés, ne faiblissent pas. Bref, Jean Guyon aurait quelques raisons de verser dans l’autosatisfaction.

Mais le personnage n’est pas du style à s’endormir sur ses lauriers. Chez lui, les projets se succèdent à un rythme soutenu. Certains sont déjà réalisés. L’hôtel quatre étoiles qui occupe la chartreuse du château La Clare, à quelques mètres des bureaux du domaine. D’autres sont bien avancés : l’élevage d’esturgeons qu’il a mis en place en Roumanie pour produire du caviar, sous le label Tsarevitch.
« French collection »

D’autres sont encore dans les cartons. Telle cette idée de créer une ligne de cigares. « Je suis importateur et distributeur en Floride, explique-t-il, donc proche de Saint-Domingue. Je me suis fait fabriquer des cigares bagués Rollan de By, et je voudrais rassembler une vingtaine de propriétaires bordelais qui feraient de même. Un peu comme Davidoff à une époque. Chacun aurait une certaine quantité de cigares au nom de son château. Je suis arrivé à un âge où je veux m’amuser, ne pas perdre d’argent, bien sûr, mais pas forcément en gagner. »

« Je n’ai pas l’intention de construire un empire viticole au-delà du domaine Rollan de By. Mon expérience me porte plus vers la commercialisation. J’aimerais monter ma marque de vins de cépage français. Le monde entier nous le demande. Trouver de la qualité à bon prix, un bon packaging et s’adapter aux goûts des clients : une  »French collection », en quelque sorte. »

 

mar 10, 2011

admin

News Châteaux

0

Post by admin

Comments are closed.