Vin : Un régime à consommer avec modération

Je ne sais pas vous mais moi, ça m’énerve toujours les « plans d’urgence avant la plage » et autres « maigrissez où vous voulez » qui s’étalent dans tous les kiosques une fois le printemps venu comme autant de chrysanthèmes sur les tombes à la Toussaint. J’ai bien tenté la stratégie du cheval de course et enfilé mes plus belles œillères, mais c’est oublier les bruits de basse-cour que provoque la quête du Saint-Gramme. C’est simple, lorsque je me balade ou que je m’installe à une terrasse, j’ai l’impression d’être figurante dans une pub Le Gaulois ; la chorégraphie en moins ! Pour tout dire, j’ai même fini par croire que l’hyperacousie était une allergie saisonnière… Heureusement mes copines de bouteille ne caquètent pas de la sorte ! Me voilà donc partie rejoindre l’une d’elles, que j’appelle ici « Chériiie » en souvenir de son « Lou-lou » de Poméranie. Direction le monde du silence…

![](media:7183 500x)

### Le champagne, avant le vin rouge, est aussi victime de « on-dit » diététiques

La soirée s’annonce bien. Le soleil de juin réchauffe mes envies de tapas et m’entraîne vers des appellations sudistes pleines de fruit d’où jaillit le rythme des ferias une fois claqué le « blop » tire-bouchonnesque. Plaisir et gourmandises me voilà !… Enfin presque. La mise en bouche est âpre. Ma Fifi Brin d’Acier a viré dame de salon Roche-Bobois depuis notre dernière rencontre. Passe encore. Je me dis : les goûts et les couleurs, paraît que ça se discute pas. Et puis, soudain, le gloussement fatal lorsque le serveur pose sur la table pinard et charcutaille : « Tu sais ce qu’on dit : 10 minutes de plaisir, 10 ans dans les fesses ! C’est pour ça que je ne bois que du champâââgne : ça ne fait pas grossir. Si on veut rentrer dans nos maillots, on a intérêt à faire attention… D’ailleurs, t’as pas un peu grossi toi ?… » Non, c’est toi qui me gonfles ! Adieu tapas, vins et flons-flons. Rapatriement immédiat. Retour à la réalité. A peine le temps de récupérer mes bagages, ma « Chériiie » embraie : « A ce propos, j’ai trouvé un nouveau truc. Parce que bon, le champâââgne c’est sympa et frais mais on ne le boit pas avec tout ! »

### L’intelligence était, est et sera toujours un sport de combat

![](media:7179 500x)

A voir sa moue de poule de luxe dressée sur ses ergots, je me dis que mon voyage dans les profondeurs ne fait que commencer. Jacques Mayol n’a qu’à bien se tenir : le dauphin du Grand Bleu c’est moi ! « Tu vois ce verre de vin rouge et bien, comme le dit la pub, c’est mon partenaire minceur… ! » Je vois bien le verre et le vin, mais pas le truc. Paraît pourtant que c’est scientifique ; tests, cobayes et tout et tout. Ma « Chériiie » me sort alors une étude publiée il y a deux ans – quand même ! – par le Brigham & Women’s Hospital de Boston, aux Etats-Unis. Pendant treize ans, des blouses blanches ont suivi plus de 19 000 femmes âgées de 39 ans et plus ; femmes qui ne présentaient ni problème de poids, ni problème particulier de santé. Certaines boivent de l’alcool, d’autres pas. « Tu sais ce qu’ils ont découvert ? » Euh, que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ? « Naaan… ça on s’en moque ! En fait, celles qui consomment régulièrement un à deux verres d’alcool par jour gardent la ligne plus facilement ; et le vin rouge est le plus efficace pour ça ! » Et dire que j’attribuais l’immobilité des sylphides sur le sable à leur amour pour la cuisson à la plancha… Ce serait donc un coma éthylique collectif !? L’image seule me tire un immense sourire, et un second verre de rouge.

### Nous sommes tous des lémuriens…

![](media:7177 500x)

Si j’aurai su, j’aurai pas bu… Ma « Chériiie » se convainc que je bascule du côté amincissant de la force. Moi vivante, jamais ! Voyant que je sors mon costume de Super Résistant, elle m’achève en envoyant un régiment de « Malgré-Nous » de la minceur : des lémuriens. Je m’explique. L’un d’eux, le microcebus murinus, a permis au CNRS de démontrer les propriétés anti-obésité du resvératrol ; une molécule présente dans la peau du raisin, donc dans le vin rouge.

En gros (LOL), nos petites boules de poils sont parvenues à lutter contre leur embonpoint saisonnier – prise de poids divisé par cinq par rapport à la normale – grâce à l’introduction du resvératrol dans leur alimentation. « Nous aussi, on grossit pendant l’hiver. Donc, si ça marche pour eux, ça marche pour nous ! C’est quand même fort, plus fort que Dukan et Cohen réunis ! » CQFD…

Tandis que j’agonise, sacrifiée sur l’autel du régime « jaja », je décide de léguer mes biens à la SPA… Car oui j’aime les bêtes, TOUTES les bêtes.

Sémélé

 

juin 19, 2012

admin

Dossiers

0

Post by admin

Comments are closed.