Champagne : couleur d'origine contrôlée

Nicolas Bouvier nous a donné « L’Usage du Monde ». Il serait temps qu’un grand génie nous rende l’usage des mots.

La lecture éclairante de « L’Union/L’ Ardennais » porte à notre connaissance tout le zèle que le CIVC (Conseil Interprofessionnel des Vins de Champagne) consacre à la défense du champagne. Le dernier iPhone vient d’en faire la cruelle expérience qui s’est vu interdire l’usage de ce nom associé au nouveau produit qu’il voulait lancer. En fait il s’agissait de rappeler la couleur de l’article incriminé (jaune champagne).

Je crains que désormais la vie des poètes, romanciers, troubadours, hommes politiques et autres chamans, tous artisans du verbe et champions de la métaphore, ne devienne extrêmement compliquée.

En effet si au prétexte de protéger appellations, marques, egos, ethnies, communautés, minorités, sectateurs, bref tous les particularismes, on commence à subtiliser des mots aussi courants que jaune (jaune-champagne) pourquoi pas rouge à cause de(bordeaux, bourgogne, basque), melon (Cavaillon), tabac (santé), andouille (Vire), mule (Poitou), têtu (Bretons), fort (Turc), menteur (Crétois), bêtise (Cambrai), diable (Vauvert), tricheur (Grecs), vantard (gascons), parjure (ministre), pour nous en tenir à quelques exemples, tout langage devient résolument impossible.

Avouez que cette goutte de …(censuré)… vide notre vase d’écrivain que nous nous obstinons à préférer plein.

A défaut de pouvoir guérir les maux dont souffre notre infortuné pays, Ô princes qui nous gouvernez, rendez-nous nos mots !

Aucun commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article suivant
Greenbottle : la bouteille de vin en papier qui passe comme une lettre à la poste

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Aucun commentaire sur cet article

Soyez le premier à ajouter un commentaire
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire