Faut-il réguler les prix des produits agricoles ?

Sur les ondes d’une radio périphérique j’entends un esprit avisé réclamer la régulation des prix des produits agricoles.

Je suis pour. Non seulement par ce que on peut toujours nourrir l’espoir que le poireau, et le rutabaga deviennent un peu moins cher au supermarché mais surtout parce que je pourrais probablement m’offrir de temps en temps une bouteille de Romanée-Conti ou de Dom Pérignon, ce qui ne m’est pas arrivé depuis belle-lurette.

Toutefois il se pourrait, si cela arrivait, que nous retrouvions le même esprit avisé réclamer sur les mêmes ondes, la libération des prix de ces mêmes produits agricoles.
Songez : si vous pouvez vous procurer fraises, cardons, laitues, Romanée-Conti et Dom Pérignon aux mêmes prix, poireaux, rutabagas, blanquettes et autres gamay auront bien du souci pour trouver un client !

Méfions-nous des solutions en apparence et en apparence seulement, simples et radicales dans un monde toujours plus complexe et interactif.

Une piste de réflexion pour certaines personnes très désireuses de faire notre bonheur en ce moment ?

Un commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Enjeu de taille au château Monbrison
Article suivant
Pour la première fois un logo AB sur la bouteille d'un 1er Cru Classé 1855

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Un commentaire sur cet article

au coude à coude

le 28/02/12 à 12:35

La spéculation est l'effet négatif premier de la dérégulation. C'est aussi ce qui permet à certains de vendre des bouteilles à des prix surréalistes et qui empêche les autres d'atteindre des prix à la hauteur de l’honnêteté de leurs vins.
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire