José Bové et les anti OGM sont-ils des alliés de la viticulture française ?

Il est quand même paradoxal que dans une démocratie qui se dit républicaine,laïque issue de l’Esprit des Lumières, le pouvoir politique doive se coucher (pour ne pas dire se prosterner) devant les ukases d’une petite secte de braillards dont José Bové s’est auto-proclamé le Grand Prêtre.

Du seul fait de la lâcheté de nos élus (toutes tendances confondues) le fruit des recherches d’éminents savants dont la compétence est internationalement reconnue, se trouve interdit sur tout le territoire national et prive les agriculteurs (et donc les viticulteurs) des végétaux génétiquement équipés pour résister aux maladies et pestes qui les déciment.

Ainsi, toujours paradoxalement, les avancées remarquables de la recherche française sont jetées au rebut, nos savants privés de budgets devenus inutiles, vont enrichir de leurs découvertes les laboratoires étrangers, notre avance technologique perdue nous rendra plus tard dépendants de brevets ultramarins et l’environnement de notre pays qui pourrait être sauvé par ces OGM bienfaiteurs, continue de recevoir des doses léthales de traitements empoisonnés.

J’ai eu la curiosité d’essayer de comprendre l’inexplicable, c’est à dire pourquoi les affirmations (qui restent seulement des postulats) de M. Bové devraient l’emporter sur les démonstrations scientifiquement étayées de nos savants.

Certes José Bové est un pur et sincère écologiste. On ne trouve guère mieux dans le genre depuis que Mme Duflot a préféré un beau maroquin à la chlorophylle. Il fauche avec ardeur les cultures expérimentales et démonte (sic) avec compétence les commerces qui lui déplaisent. Il organise de main de maître quantités d’actions violentes généralement destructrices et son action s’étend un peu partout dans le monde. On vient même d’apprendre qu’il tirerait volontiers sur les loups*.
Ce sont là des recommandations importantes, je n’en disconviens pas.

Toutefois l’épistémologie nous révèle que la nature se charge elle-même de modifier génétiquement les plantes. En d’autres termes, de fabriquer spontanément des O.G.M. mais pour ce faire doit disposer de beaucoup de temps. L’histoire nous apprend que, de nos ancêtres les plus lointains au monde contemporain, l’agriculture ne cesse empiriquement et à tâtons, de modifier génétiquement les végétaux ce qui requiert également pas mal d’années pour un résultat souvent incertain. Toutes choses que la science met aujourd’hui à notre portée avec la plus grande précision et depuis suffisamment de temps pour affirmer avec un recul suffisant que ce progrès ne comporte aucun potentiel de risque démontrable .
D’ailleurs ses détracteurs n’ont jamais pu démontrer l’existence d’un danger qui appartient à l’imaginaire.

Quelles qualifications aurait donc M. Bové pour contredire l’Histoire, la Science et le bon sens et terroriser le microcosme politique gaulois ?

En dehors des qualités recensées supra, je n’ai relevé dans son C.V.** qu’un baccalauréat ordinaire suivi d’une retraite assez édifiante au Larzac partagée avec des brebis.

Rien de plus honorable au demeurant encore que fort mince au regard de l’épaisseur des études d’éminents universitaires et spécialistes au nombre desquels il faut compter

M. Joseph Bové père, spécialiste reconnu des maladies des plantes et chercheur à l’INRA dont les communications sur les O.G.M. font encore autorité**. (Eh oui, M. Bové fils préfère passer cette filiation gênante sous silence).

La seule explication qui s’impose, c’est qu’en France on a peur des grandes gueules.

Comme M. Bové et ses affidés crient nettement plus fort que les autres, il y a gros à parier qu’aucun gouvernement n’osera les contrarier.

A moins que…à moins que, profitant de la sympathie dont M. Bové et ses sectateurs semblent jouir dans différents points du globe, ce qui les rend encore plus exportables que nos véhicules automobiles, nous en profitions pour en faire CADEAU à ceux-là même qui paraissent nous les envier.

  • Le Figaro du 3/08/12
    ** ** Wikipédia
Aucun commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
José Bové et les anti OGM sont-ils des alliés de la viticulture française ?
Article suivant
Exportations de vins : le changement est-ce maintenant ?

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Aucun commentaire sur cet article

Soyez le premier à ajouter un commentaire
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire