1855.com condamné !

Pour la première fois, le site 1855 a été condamné à devoir livrer les vins de ses clients.

Cela parait fou pour un site de vente en ligne, mais sans la justice, ce client n'aurait jamais reçu sa commande.

Nous en avions déjà parlé dans un précédent article, les plaintes des clients du site ne sont pas nouvelles et continuent de pleuvoir.

Mais le 22 mai dernier, 1855.com, site internet de la société 1855 SA a été condamné suite à une plainte déposée par l’un de ses clients.

1855.com : un site qui n'est plus "hors la loi"

Après des mois d’attente, un amateur de vin bordelais a porté plainte contre le site.
Celui-ci avait passé sa commande le 4 Aout 2009 et avait acheté six bouteilles de château Latour et six bouteilles Lafite Rothschild, millésime 2008 à 195 euros hors taxe la bouteille de Lafite et 180 euros hors taxe la bouteille de Latour.
La totalité de sa commande s’élevait à 2025 euros. Une fois l’achat effectué, un bon de commande lui précisait en retour qu’il serait livré entre le 21 mars et le 21 juin 2011.

Finalement, l’amateur de Pauillac n’a jamais reçu ses bouteilles et a donc décider d’engager des poursuites contre le site internet.
Après examen du dossier, le tribunal d’instance a accordé 500 euros de dommages et intérêts à ce client mécontent. Son avocate a elle-même obtenu que la commande sois livrée sous huit jours et 1855.com a été condamné à payer 50 euros d’astreinte par jour de retard.

La punition (d'un cas individuel) parait tout de même légère face au désarroi de tant de victimes qui ne récupèreront probablement jamais la totalité de leurs bouteilles ou de leur argent.

Cette affaire concernant 1855.com est aujourd'hui la seule jugée publiquement mais elle n’est pas unique.

1855.com défraye encore la chronique

Non livraison des commandes ou remplacement du contenu des bouteilles, c’est ce qui a amené des centaines de personnes à porter plainte collectivement contre le site de vente de vin en ligne.
Leur concept : pré-vendre des primeurs aux internautes et acheter les bouteilles un an et demi plus tard, une fois le vin élevé.
Lorsque les bouteilles de vin sont pré-vendues à un prix inférieur à celui de l'achat un an et demi plus tard, le site est dans l'incapacité d'honorer ses commandes.
Les clients, inquiets de ne voir leur commande de Grands Crus classés arriver, relancent la société pendant des mois sans succès.

Appels téléphoniques, courriers, mails, tel est le quotidien du site 1855.com qui ne répond plus à l’appel.

"Je fais partie des acheteurs de Bordeaux primeurs qui se sont fait pigeonnés par 1855 de quelques centaines d'euros. J'attends des livraisons depuis 2009. Pa de réponse à mes différentes lettres recommandées., je vais porter l'affaire en justice sans réel espoir (encore des dépenses) ou peut-être vais-je me déplacer au 10 rue des Moulins à Paris pour voir le courage du petit fantoche affublé d'une particule qui leur sert de patron", nous confiait l'un des lecteurs d'Intothewine il y a quelques mois.

Non respect des droits d'auteur de Bettane et Desseauve

Plus inquiétant encore, les deux sites CavePrivée.com et Chateauonline.com, récemment rachetés par Emeric Sauty de Chalon, président de la société, utiliseraient les mêmes procédés que 1855.com.
Les commandes passent elles aussi à la trappe et les notes de dégustation de Bettane et Desseauve sont utilisées sur le site sans leur accord pour mettre en valeur les produits et augmenter leur force de vente. Cf article Nicolas de Rouyn.

Un scandale comme il en existe beaucoup malheureusement mais qu’il faut continuer de dénoncer pour obtenir la condamnation que le site 1855.com mérite et dissuader toute personne qui souhaiterait commander sur l’un de ces sites.

7,5 millions d'euros pourtant réinjectés

Malgré les plaintes incessantes, les demandes de remboursement et dédommagements des clients, les investisseurs n'hésitent pas à réinjecter 7,5 millions d'euros de capital dans la société.

Selon les dires d'Emeric Sauty de Chalon, cette réinjection servirait à améliorer la qualité du service grâce à d'avantage de produits en stock et des délais de livraison plus courts : "Notre ambition est clairement de marcher sur les traces d'Amazon.com en terme de qualité de service".

Pourtant, depuis deux ans, 23,7 millions d'euros de capital ont été réinjectés dans la société, et la qualité de service n'a pas changé (bien au contraire).

Comment les investisseurs peuvent ils encore faire confiance à cette société si discréditée ? Ou est passé l'argent réinvesti ?
De nombreuses questions restent encore en suspend et ne trouvent toujours pas de réponses.

Photo extrait de la condamnation : La Revue du Vin de France
Photo : Sud Ouest

Un commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Des vins de grande contre-façon
Article suivant
Sauvons TAIN-l’HERMITAGE !

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Un commentaire sur cet article

Michel M

le 17/07/12 à 18:56

C'est un scandale ce site!!!! Comment existe-t-il encore? 90 % des gens à qui j'en parle disent que c'est l'arnaque assurée!! Même les propriétaires des Châteaux, qui connaissent leurs stocks et savent quand un millésime est épuisé sur le marché, hallucinent de voir encore certaines offres "virtuelles" sur 1855!! J'espère que le buzz les anéantira...
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire