1855.com : tout va bien dans le meilleur des mondes...

Malgré les nombreuses plaintes et affaires judiciaires qui planent autour du site de vente en ligne, 1855 publie un communiqué des plus satisfaisants sur leur situation actuelle.

Après avoir défrayé la chronique suite aux nombreuses plaintes et poursuites de clients n’ayant jamais reçu leurs commandes (à lire ici), le site 1855 reprend enfin la parole mais pour tout autre chose.
Pas d’explications, encore moins de mea culpa ou bien de déclarations de bonnes intentions au programme !

1855 sort de son silence.

1855 se fend de deux communiqués de presse plutôt surprenants puisque l’un déclare un résultat net bénéficiaire pour l’année 2012 et l’autre, comble de la provocation, avance un délais de livraison moyen de 12 jours, toujours sur cette même année.

Extraits :

"1855 publie aujourd'hui un résultat net économique consolidé bénéficiaire de 1 232 KE pour l'année 2012, à comparer à un résultat net économique consolidé bénéficiaire de 1 085 KE sur l'année 2011.

Pour la deuxième année consécutive, 1855 publie un résultat opérationnel et un résultat net bénéficiaires et en ligne avec le plan de développement du groupe."

Cette performance s'explique par trois éléments" déclare Emeric Sauty de Chalon, Président.

"D'abord, la répartition des activités est plus favorable à la rentabilité - baisse de l'activité Bordeaux Primeurs et croissance de l'activité Vins - et a contribué à améliorer le taux de marge brute global".
"Ensuite, les investissements marketings ont été gérés de façon prudente".
"Enfin, la baisse des coûts opérationnels de -15% qui reflète les synergies réalisées entre les différentes marques du groupe".
"Sur l'année 2013, nous sommes confiants pour que la rentabilité du groupe continue de progresser" déclare Emeric Sauty de Chalon, Président.

« Une réduction des délais encourageante »

1855 annonce avoir enregistré des délais de livraison moyens de 12 jours pour l'année 2012 pour son activité "Vins", contre 19 jours sur la même période en 2010.

"Cette réduction sensible des délais moyens de livraison a été obtenue grâce à l'augmentation de notre stock de vins qui comprend maintenant plus de 2 000 références, soit plus de quatre fois le choix proposé par un caviste traditionnel".
"Grâce à ce stock physiquement disponible à notre plate-forme et dans nos boutiques, nous pouvons expédier rapidement une part grandissante des commandes de nos clients" déclare Fabien Hyon, Directeur général de 1855.
"Si cette réduction du délai moyen de livraison de 19 à 12 jours en deux ans est encourageante, il reste néanmoins encore de nombreux cas de produits commandés mettant parfois jusqu'à plus de 30 jours pour être livrés à nos clients".

1855 ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait.

1855 nous avait habitué aux communiqués de presse toujours très positifs sur le plan financier (augmentation de capital à répétition, rachat du site Château Online…) alors même que tous les audits demandés par la presse révélaient des déficits et des situations proche de la faillite (plus d'information sur le "système 1855").

Ce qui est plus étonnant ce sont les déclarations sur les réductions des délais de livraison qui sonnent comme des provocations pour certains clients attendant leurs commandes depuis… 2002 !

Et ces cas sont loin d’être complètement isolés. L’association ABUS1855.com compte aujourd’hui plus de 200 membres. L’avocate Hélène Poulou en charge de nombreuses plaintes contre le site a déclaré à Terredevins avoir obtenu gain de cause sur près de 50 dossiers l’année dernière.

Emeric Sautie de Chalon en bon diplomé de HEC a retenu ses leçons pour créer des profits mais semble avoir poussé la recette trop loin. Vendre des vins que l'on a pas à des clients qu'on ne livrera de toute façon jamais c'est évidemment une manière attractive de faire des profits à très court terme. Le problème avec 1855 c'est que ça fait plus de 16 ans que ça dure.

Le rythme de plainte ne semble pourtant pas avoir baissé mais tout semble aller bien dans le meilleur des mondes pour 1855. Ils restent néanmoins plus discret sur le départ de leur principal actionnaire Jean-Pierre Meyers (gendre de Liliane Bettencourt qui a longtemps renfloué les caisses de la société) il y a quelques mois.

Le rapport annuel financier 2012 sera publié le 30 avril prochain mais peu de doutes à ce qu'il ne suffise pas à redorer l'image déjà trop écornée de la société 1855.

Un commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Devenez vigneron grâce à la réalité virtuelle
Article suivant
Les caves du Vatican

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Un commentaire sur cet article

COPIN

le 01/01/14 à 16:11

1855 encaise l'argent des commandes, ne livre pas, en particulier les cdes de primeurs, et ce depuis 2006 !!! Que cette société qui se livre à l'escroquerie à grande échelle ne soit toujours pas poursuivie est étonnant. Quant à ma plainte auprès du tribunal : aucune nouvelle depuis Mars 2012.
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire