"Citizen Wine", Orson Welles dans des publicités pour des vins californiens

Tout le monde connaît Orson Welles pour ces chefs d’oeuvre cinématographiques tels que Citizen Kane ou encore Le Procès, mais qui connaissait son rapport très étroit avec le vin comme en témoignent ses spots publicitaires pour Paul Masson ?

Du vin jusqu’en dessous de la caméra

“Il y a trois choses que je ne supporte pas dans la vie : les cafés brûlants, les champagnes tièdes et les femmes froides”.

Qu’on se le dise, Orson Welles aimait le vin. Et les personnages qu’il jouait, semblaient être des amateurs de vin eux aussi. L’exemple le plus marquant est son rôle de Falstaff, dans le film éponyme qu’il considérait comme l’un de ses meilleurs avec Le Procès.

Falstaff est un obèse un peu trop souvent alcoolisé, personnage shakespearien recréé de toute pièce par Welles pour en faire une caricature cynique de sa propre figure de cinéaste déchirée. Du vin dans le verre de Falstaff, mais du vin jusqu’en dessous de la caméra également.

Marina Vlady, en a témoigné dans ses mémoires, elle raconte que “pour les travellings, sa caméra était posée sur des caisses à vin reliées entre elles par du fil de fer. Il la poussait avec les rares machinos, et tirait lui-même les câbles, de conserve avec quelques électros”.

Une source d’inspiration à tous points de vue donc, pour le cinéaste, qui savait faire preuve d’ingéniosité quand les conditions l’imposaient.

"C'est mon vin préféré, c'est le vin de Cresta Blanca"

"Falstaff c'est moi", disait Welles. Autant dire que Falstaff aimait le bon vin.

Et le vin, même de manière plutôt indirecte a servi sa carrière. En 1944, alors réalisateur au chômage, c’est la société Cresta Blanca Wines, des grands propriétaires de vignobles, qui lui offre la chance d’assouvir ses désirs de mise en scène, en lui proposant la charge de l’émission de radio This Is My Best.

Cette émission consistait en des adaptations de grands classiques de la littérature à la radio, en réunissant des grands acteurs. Très reconnaissant, il restera toute sa vie attaché à ce vin, le présentant toujours fièrement en disant “c’est mon vin préféré, c’est le vin de Cresta Blanca”.

Le vin l’aura accompagné toute sa carrière. il fera même dans les années 80 des publicités pour le producteur bourguignon expatrié en Californie, Paul Masson.

Paul Masson, était un français qui produisait du “Chablis” et du “Champagne” en Californie. Il avait engagé Orson Welles pour faire la promotion de son vin, avec le célèbre slogan “Paul Masson will serve no time before its time” (“chaque vin en son temps”).

Des publicités qui ne mettaient pas forcément en valeur l’immense acteur et metteur en scène qu’il était, mais qui montrent l'attachement qu'il avait pour le vin. Certaines scènes coupées au montage prouvent qu'il ne simulait pas, et ne se privait pas d'un verre entre les scènes.

Bien sûr, ce n'est pas seulement par plaisir qu'il s'adonnait à cet exercice publicitaire, puisqu’il touchait plus de 500 000 $ par an pour ce partenariat. Il se plaignait d’ailleurs souvent à son ami, le réalisateur Gary Graver, de la qualité de ces spots. “Ils ne vont tout de même pas me faire dire que ce vin est plus fin qu’un Stradivarius ?!” lui avait-il alors déclaré, un peu dépité de l'image du vin qu'on lui demandait de véhiculer.

Voici le résultat final d'un des spots :

Ces publicités seront d'ailleurs souvent parodiées :

Ce contrat ne dura pas longtemps, car Orson Welles finit par déclarer au cours d’une émission de télévision, qu’il ne buvait plus de vin. Il fut donc remplacé par le mythique acteur britannique John Gielgud, association là aussi quelque peu étonnante.

L'homme que l'on découvre n'en demeure pas moins quelqu'un qui apparait comme bon vivant, et plein d'amour pour le vin, comme en témoignent à la fois les publicités et l'importance qu'a eu le vin dans sa carrière. Une bonne occasion peut-être pour se replonger dans la filmographie d'Orson Welles avec un bon verre de vin.

Aucun commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Pas de millésime 2012 pour Krug
Article suivant
"Contributions Volontaires Obligatoires" 2

A lire aussi



Ecrire un commentaire

Aucun commentaire sur cet article

Soyez le premier à ajouter un commentaire
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire