La sélection Crus Bourgeois 2010: en mode alternative

Les Crus Bourgeois du Médoc dévoilent aujourd'hui leur sélection officielle: 260 Châteaux sélectionnés sur leur millésime 2010.

Les "bourgeois du Médoc" font de plus en plus de bruit et affirment le renouveau de leur mention pour la troisième année consécutive et n'hésitent plus à se poser comme une alternative aux Crus Classés 1855.

Les Crus bourgeois existent depuis 1932 mais depuis 3 ans, leur fonctionnement a changé. Plus de classement ni de hiérarchie mais un label de reconnaissance pour un groupe de propriétés rassemblées autour de valeurs communes de qualité et d'exigence.

Une volonté de voir réapparaitre la mention "Cru Bourgeois" s'est affirmée et 2008 marque la renaissance de ces crus avec un nouveau système mis en place.

Désormais, la sélection est révisée chaque année par un organisme indépendant, le Bureau Veritas, selon un cadre règlementaire strict et précis.

"Crus Bourgeois : la mention est remise sur les rails"

L'union faisant la force, cette année, c'est 260 propriétés qui figurent sur la liste des Crus bourgeois. Un nombre en hausse : 246 faisaient partie de cette sélection en 2011 et 243 en 2010.

« Nous avons désormais un noyau dur de crus bourgeois. Après une période difficile, la mention est remise sur les rails », estime Frédéric de Luze, propriétaire du château Paveil de Luze (AOC Margaux) et président de l’Alliance des Crus Bourgeois du Médoc.

Parmi ces propriétés prestigieuses, de nombreuses, fidèles à cette mention depuis plusieurs années, et des nouveaux entrants :
Château Arnauld (haut-médoc), Bellevue de Tayac (margaux), Bernadotte (haut-médoc), Tourteyron (médoc), du Raux (haut-médoc), Gravat (médoc), Laborde (haut-médoc), Le Vieux Fort (médoc), Les Granges de Civrac (médoc), Mareil (médoc), Myon de l'Enclos (moulis), Réal (haut-médoc), Saint-Pierre de Corbian (saint-estèphe), Sénéjac (haut-médoc), Sigognac (médoc).

Ces 260 domaines, situés en majorité en AOC Médoc, Haut Médoc, Saint-Estèphe, Moulis, Listrac, Pauillac et Margaux, rassemblent au total 32 millions de bouteilles et représentent 38% de la production médocaine et 27% de la superficie viticole de la région.

La sélection s'opère selon différents critères (la nature du terroir, la nature de l’encépagement, les soins apportés à la culture, à la vinification, à la tenue et à la présentation générale de l’exploitation, aux conditions de mise en bouteille, à la constance dans la qualité du produit, à la notoriété du cru et aux qualités organoleptiques du vin.) mais aussi en fonction de "l'effet millésime" lors d'une dégustation de l'ensemble des Crus par un jury de professionnels.

"Notre démarche novatrice incite chaque viticulteur à rechercher la qualité la plus haute pour figurer parmi les heureux élus. C'est donc une garantie de plus pour le consommateur, à qui l'on offre ainsi (...) un vin travaillé avec le plus grand soin (...)", précise Frédéric de Luze dans un entretient accordé au Figaro (18/09/2012).

"C'est un privilège de figurer parmi les Crus Bourgeois"

Cette phrase prend toute son ampleur dans la bouche du propriétaire du Château Sénéjac, Jean-Paul Bignon-Cordier, également propriétaire d'un Grand Cru Classé 1855 : le Château Talbot.

Face au coté immobile et parfois contesté du classement historique de 1855, les Crus bourgeois trouvent une alternative dans leur dynamisme.
Certaines voix s'élèvent tout de même contre le choix d'une sélection annuelle. Si la majorité des Crus peuvent s'assurer de faire figurer sur leur étiquette la mention dans le temps, certains peuvent s'en voir privé d'une année sur l'autre.

Vers une réforme et un classement des Crus Bourgeois ?

C'est pourquoi, une réforme est aujourd'hui discutée. Elle permettrait à un château retenu plusieurs années cru bourgeois d'avoir cette mention automatiquement reconduite pour une période donnée, avant un nouvel examen.

Les Crus bourgeois se laisseront-ils tenter par un classement hiérarchique de leur groupe, comme ce fut le cas auparavant (cru bourgeois, supérieur et exceptionnel) ? Certaines propriétés le souhaitent déjà et cette décision pourrait alors donner plus de "piment" et de lisibilité à cette sélection annuelle.

La décision et les modalités qui y sont liées doivent être annoncées avant septembre prochain.

Des Crus Bourgeois 2010 2.0 illustrés par l'artiste Virginie Saint-Jeannet

Dernières nouveautés : les bouteilles, en plus de la mention "Cru Bourgeois" classique, arboreront un sticker avec le logo de l'appellation et un code unique intégré, système de reconnaissance visuelle sécurisé permettant de vérifier les origines de la propriété et l'authenticité de la mention "Cru Bourgeois" via internet.

Après Arnaud Faugas, c'est au tour de Virginie Saint-Jeannet d'illustrer la sélection des Crus Bourgeois. Sa version pour le millésime 2010 est un patchwork de 9 images sur un thème général cher à l'artiste : le rouge.

Quelques photos de l'annonce de la sélection officielle 2010 à Bordeaux


L'artiste Virginie Saint-Jeannet/Bernard D'Halluin et sa fille Marie portent haut les couleurs du Château Charmail.

3 commentaires sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Retour sur l'affaire Kurniawan : le faussaire de grands crus
Article suivant
Première semaine de vendanges au CHATEAU BROWN, Pessac-Leognan

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

3 commentaires sur cet article

Sylvain Leduc

le 20/09/12 à 16:59

L'alternative aux crus classés n'est pas pour moi à Bordeaux mais dans des régions moins médiatisées et où les prix ne flambent pas et où on retrouve le travail de vignerons de qualité qui passent plus de temps dans leurs vignes qu'aux quatres coins du monde à vendre leurs vins.
Loulou

le 19/09/12 à 19:24

Un classement à l'intérieur des crus bourgeois permettrait d'avoir plus de visibilité et de cohérence. Les 260 châteaux de cette sélection ne se valent pas et tout le monde sait qu'il y a de grands écarts entre certains vins. Après évidemment ce n'est pas facile (surtout si c'est annuel)...
IntotheWine

le 19/09/12 à 19:16

A lire aussi ce billet : des crus pas si bourgeois : https://www.intothewine.fr/magazine/le-billet-de-dyonisos/des-crus-pas-si-bourgeois-que-ca
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire