Monopole d'Etat de la production de vins russes : BIS REPETITA NON PLACENT

Avocat ardent des idées simples, il m’arrive d’être saisi par le doute quand les politiques s’avisent brusquement d’en avoir sur des sujets dont visiblement ils ignorent à peu près tout.

Voilà que le parlement russe* s’apprête à voter pendant la première semaine de septembre un projet de loi visant à réserver la production viticole à un monopole d’Etat.

La Russie est un vieux et grand pays héritier d’une grande culture. Ses élus ont été, en principe, scolarisés, maîtrisent l’exercice de la lecture et de l’écriture, certains sont diplômés de grandes universités, ont librement accès aux sources d’information les plus sophistiquées. La plupart sont suffisamment âgés pour garder le souvenir de l’indigence qualitative de la production viticole soviétique laquelle était, naturellement, étatisée et largement déficitaire. Les autres devraient consulter les archives pour y puiser les données réalistes plutôt accablantes pour les effets du système.

Et en tirer au moins une conclusion : ne pas commettre deux fois la même erreur.

Ce qui me fait dire : des idées simples, oui, simplistes, non.

*source : Decanter Magazine 24/08/14

Aucun commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Du parapluie bulgare à l'aiguille œnologique Coravin
Article suivant
Jeu-concours : Participez au Trophée Besserat de l’Effervescence

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Aucun commentaire sur cet article

Soyez le premier à ajouter un commentaire
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire