Premières impressions sur le millésime 2012 en Live

IntoTheWine vous propose de suivre en live les primeurs, et de les vivre comme si vous y étiez, avec les premières impressions des acteurs du vignoble bordelais sur le millésime 2012

Ça y est le coup d'envoi des primeurs a été donné, même si depuis quelques semaines tout le monde en parle déjà. On vous propose de le vivre en live sur IntoTheWine, avec la revue de primeurs 2012. Annonces, indiscrétions des châteaux, compte-rendus, photos, vidéos et revues de presse, toutes les infos en primeurs !

  • "Nous ne sommes pas de vins de spéculation" a confié Frédéric de Luze, président des Crus Bourgeois du Médoc, à Terre de Vins. Retrouvez l'entretien complet sur le site de Terre de Vins.

Jean-Louis Triaud : "Il y a 30 ans, ce millésime aurait été qualifié d'excellent, voire plus"

  • Jean-Louis Triaud propriétaire des Domaines Henri Martin (châteaux Saint-Pierre et Gloria à Saint-Julien et Bel-Air, Haut-Médoc) et directeur du club de foot des Girondins de Bordeaux se dit "très satisfait du résultat final". "Ce millésime a un potentiel supérieur à 2011 pour ce qui nous concerne. Nous connaissons actuellement une série de très bons millésimes. Faut-il s'en plaindre ? Il y a 30 ans, ce millésime aurait été qualifié d'excellent, voire plus".

  • LE monsieur vin du Point, Jacques Dupont prend les tendances à contre-pied et nous fait part de ses impressions sur le millésime 2012, un millésime “plein de fraicheur qui offre des vins très agréables". Lisez la suite l'article ici.

“On devrait assister à des baisses de prix spectaculaires”

  • Nous avons pu nous entretenir avec Christophe Reboul Salze négociant pour The Wine Merchant et propriétaire du Château Gigault, Premieres-Côtes-de-Blaye. Entre deux dégustations, il a accepté de répondre à quelques unes de nos questions concernant la campagne primeurs 2012. Il y a un premier constat qui est fait, cette année les primeurs n’ont pas autant attiré les foules que lors d’une année exceptionnelle. Il s’est néanmoins déclaré agréablement surpris par la qualité du vin après dégustation, malgré toutefois “une grande hétérogénéité qui peut réserver à la fois des bonnes et des mauvaises surprises”. En tant que négociant, sans passer par quatre chemins, il lui apparaît évident qu’une “baisse des prix est nécessaire, car les 2011 sont sortis trop cher”. Si le système veut perdurer, des changements dans les prix doivent être opérés. Selon lui, “dès la semaine prochaine des tendances devraient commencer à se dessiner”, puis dans deux semaines, on devrait assister à des “baisses spectaculaires” chez certains grands châteaux “qui doivent donner l’exemple”. Ces grands châteaux prendraient sinon le risque de perdre des clients qui pourraient se tourner vers d’autres marchés comme celui de l’Italie. Quant aux hausses annoncées des châteaux Angélus et Pavie, elles n‘ont rien de sûr et dépendront selon lui tout d’abord de la baisse opérée par les deux autres grands crus classés A, les châteaux Ausone et Cheval Blanc.

  • A Sauternes, l'année a été très difficile, et une grande partie des récoltes ont été perdues, à un tel point que de nombreux châteaux ont décidé de ne pas produire leur vin cette année, comme Yquem, Rieussec, Suduiraut et Raymond Lafon. Une bonne raison pour mettre en lumière "les blancs secs qui sont d'une qualité exceptionnelle" a déclaré Sandrine Garbay du Château Coutet à Decanter. "Nous sommes contents d'avoir du vin à offrir à nos clients, car nous avons perdu les trois-quart de notre récolte". Miser sur les blancs secs est donc peut-être la solution en ces millésimes compliqués. Ce qui profite donc à des producteurs tels qu'Olivier Bernard du Domaine de Chevalier qui a récemment sorti un gamme de blancs secs, Le Clos des Lunes, à Sauternes. Sans oublier, bien sûr, les blancs secs des grands châteaux tels que l' R de Rieussec, le G de Guiraud, le Y d'Yquem.

Petrus 2012 un ton au-dessus ?

  • Une tendance semble se confirmer, le Château Petrus a produit cette année un très beau vin, et son millésime 2012 s'annonce "magnifique" confie Bernard Burtschy. Jean-Francis Pécresse semble lui aussi du même avis comme en témoigne son dernier tweet. Cette tendance vient appuyer le sentiment qu'avaient déjà laisser paraitre certains dégustateurs tels que Robert Parker lui-même qui parlait de "belles réussites" à chercher du côté de Pomerol.

  • 21h Robert Parker donne ses premières impressions sur le millésime 2012 à la soirée du négociant Bordeaux vins SELECTION :

  • Annonce du lancemment à l'occasion de cette soirée Bordeaux vins SELECTION de la caisse Robert Parker avec les 5 100 points attribués par le critique américain sur le millésime 2009 à Bordeaux. Caisse composée d'une bouteille de Clos Fourtet, une bouteille de Château Cos d'Estournel, une bouteille de Léoville Poyferré, Smith Haut-Laffite et Pape Clément. Les propriétaires étaient présents pour l'occasion et ont posé pour une photo à 500 points Parker :

  • Au Château Brane-Cantenac, on estime que "c'est plus une affaire de terroir que de cépage", retrouvez l'ensemble de ses impressions sur son espace IntoTheWine

  • 2012... Virtuose ! C'est le titre du billet posté sur le blog du Château Haut-Bailly (Pessac-Léognan). En ce premier jour des Primeurs, ils reviennent sur les caractéristiques d'un millésime 2012 qui se joue comme une valse à quatre temps : à lire ici.

  • Millésima a réalisé un entretien vidéo avec Véronique Dausse sur les primeurs 2012 au Château Phelan Ségur. Elle y explique les méthodes qui ont été adoptées pour agir efficacement lors d'une année difficile telle qu'elle l'a été pour ce millésime 2012.

2012, des prix à la hausse pour Pavie et Angélus

  • Gérard Perse du Château Pavie, récemment promu 1er Grand Cru Classé A de Saint-Emilion, a annoncé lors d'une réunion avec des journalistes qu'"il y aura une hausse des prix" (A lire sur Terre de Vins.
    )
    L'autre Château à avoir été promu sur la plus haute marche du classement, le Château Angélus vient lui aussi de faire l'annonce d'une hausse des prix à venir. Une hausse justifiée afin de « trouver le juste milieu entre un nouveau statut qui légitime une hausse des prix et un millésime qui n’est pas mauvais mais est moins grand que 2009 ou 2010 »...

Une tendance à la baisse pour les autres

  • Le millésime 2012 offrira "des vins de consommation plus abordables selon Jean-Jacques Bonnie du Château Malartic-Lagravière, dont vous pouvez retrouver l'entretien complet ici. "Que l’on préfère le 2012 au 2011 ou pas, peut importe. En terme de qualité 2012 n’a rien à envier à 2011. Par contre après 2009 et 2010, la Chine qui n’est pas là et le contexte général plutôt morose, ça sera un prix à la baisse pour les marchés qui veulent acheter" a déclaré Jean-Jacques Bonnie qui a également livré ses impressions à HeleneWorldWine, dont l'article sur la folle semaine des primeurs est à retrouver ici.

  • "Un millésime à la hauteur des dernières années" nous confie ici Marion Cousin du Château Rollan de By

  • Alain Chateau livre ses premières impressions sur le millésime 2012 du Chateau Yon-Figeac, Saint-Emilion Grand Cru ici

  • Stéphane Derenoncourt a également livré ses impressions sur ce "millésime d'automne" qui lui rappelle tout comme à Robert Parker le millésime 1998. Retrouvez la suite ici. Ainsi que sur cette vidéo.

Stéphane Derenoncourt présente les vins des châteaux pour lesquels il est consultant à la Gaffelière.

  • "Le terroir peut, seul, faire les réussites de ce millésime tardif" a déclaré Bruno Lemoine du Château Larrivet Haut-Brion, Pessac-Léognan. Retrouvez le compte-rendu entier sur leur espace IntoTheWine

  • "Le millésime 2012 est un millésime sérieux, et bien sûr différent de ses grands frères 2010 et 2009. Cependant, il se qualifiera comme un vin sur le fruit plein de fraicheur. Ce millésime, est celui des grands terroirs" nous a confié Pierre Hamelin du Château Giscours. L'entretien complet est à retrouver ici.

  • Au Château Corbin-Michotte le millésime semble "sorti vainqueur des conditions climatiques" a déclaré Emmanuel Boidron. Plus d'infos en cliquant ici.

Parker appelle à la baisse

  • Robert Parker y va aussi de son petit commentaire sur le forum de Mark Squire, pour ce millésime qui lui rappelle 1998, un millésime "très rive droite". C'est le moment qu'il a chois pour inviter à une baisse des prix. Plus d'informations ici.

  • Au Château Sociando-Mallet, l'impression générale est que "ce millésime est au dessus du 2011" en termes de qualité. Jean Gautreau nous parle de son Sociando-Mallet 2012 et la Demoiselle de Sociando-Mallet 2012 ici.

2012 au-dessus de 2011 ?

  • Un campagne 2012 qui s'annonce "à double-fond" pour le baron Maurice Velge au Château Clauzet, il existe "une impression frileuse dans le milieu du négoce et des impressions divergentes sur la qualité du millésime. Personnellement je n'ai pas goûté encore d'autres vins que le mien, lequel est substantiellement supérieur au 2008". L'interview du propriétaire du Château Clauzet, à retrouver en intégralité sur leur blog.

  • Au Château Latour-Martillac on reste néanmoins "optimistes quant à ce millésime; nos premières dégustations sont très prometteuses ! Notre vin en rouge comme en blanc est expressif, sur le fruit, et présente l’élégance connue des Pessac-Léognan". La suite ici.

"2012 est en fait un millésime assez vendeur"

  • Philippe Dambrine, directeur des châteaux Cantemerle (Haut-Médoc) et Haut-Corbin (Saint-Emilion), joint par téléphone nous a déclaré "2012 est en fait un millésime assez vendeur. Les cabernets étaient très mûrs et ce fut une année compliquée, car c'est un millésime tardif. Les difficiles conditions rendent le travail du viticulteur encore plus crucial, c'est un peu un millésime de viticulteurs, pourrait-on dire. Le résultat est un mix entre le 2001 et le 2004, très largement au dessus des attentes. Pour ce qui est du prix, chaque cru doit trouver son prix, on n'est pas vraiment dans un marché très primeurs, c'est vraiment une question de moral". L'entretien ici.

  • Ce millésime fait la part belle au merlot, comme en témoigne l'usage d'un pourcentage record de merlot pour le Château Haut-Brion cette année. Les problèmes de surmaturité des cabernets, en opposition aux belles réussites en merlot, confirme que ce millésime est peut-être un "millésime rive-droite". Un article sur le sujet par The Drinks Business.

  • Pour Olivier Bernard, du Domaine de Chevalier, le "pire a été évité" confie-t-il dans un entretien accordé à 20 minutes.

  • "La bonne surprise du millésime 2012" au Domaine de Chevalier. Retrouvez le compte-rendu météorologique complet de ce millésime sur le blog du Domaine de Chevalier.

  • Paz Espejo directrice du Château Lanessan, estime que "le 2012 à n’en point douter, sera un millésime plein et gourmand plutôt que ferme et structuré, qui tiendra dans le temps par sa fraîcheur et son harmonie, mais qui sera également assez rapidement apte à montrer ses grandes qualités de finesse, de fruit et de rondeur". Elle dit tout ici.

  • La blogueuse Miss Vicky Wine nous fait part de sa vision des primeurs dans un article sur le blog de l'express. Elle y tente même ades accords mets / primeurs. On mange quoi avec les primeurs Vicky ? A lire ici.

Un commentaire sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Jacques Dupont : “des belles surprises dans les vins milieu de gamme rive gauche”
Article suivant
Campagne primeurs 2012 : cette année c’est vous Robert Parker !

A lire aussi



Devenez contributeur sur Intothewine.com !Passionné de vin rouge ?
Incollable sur le bouchon en liège ?
Contactez-nous

Ecrire un commentaire

Un commentaire sur cet article

Jako

le 11/04/13 à 14:48

Joli boulot ! Maintenant il ne reste plus qu'à attendre la sortie des prix pour voir si les dire se confirme.
Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire