Primeurs 2012 : Robert Parker dévoile ses notes

Le rituel est immuable. Comme tous les ans, Robert Parker, le célèbre dégustateur américain, a dévoilé ses notes sur les vins qu’il a dégustés lors de la campagne primeurs. Surprises, déceptions, tout ce qu’il faut savoir est sur IntoTheWine.

Un très beau millésime rive-droite

L’influence de Robert Parker sur la courbe des prix est telle, que chaque année, ses notes de dégustation sont impatiemment attendues par beaucoup de monde. Du consommateur au propriétaire du château, en passant par les négociants et les courtiers, tout le monde est concerné.

Cette année, c’est l’Eglise Clinet qui décroche le gros lot de Parker, une note qu’il a décidé de placer dans une fourchette assez large, de 96-100. Proche de la perfection, donc, selon lui, malgré toutefois une certaine hésitation.

La publication des notes ne fait que confirmer la tendance annoncée à la fois par Robert Parker lui-même, dans une vidéo présentant une vue d’ensemble des vins de Bordeaux, et par les autres dégustateurs.

“Mes dégustations ont clairement révélé la qualité supérieure des Merlots, avec en tête de lice les Pomerol suivis de près par les Pessac Léognan.”

Ainsi, sans surprise, on retrouve deux autres vins de la rive droite dans les trois premiers du classement. Trotanoy (96-98) et Pétrus accompagnent donc de près l’Eglise Clinet. Le Château Ausone, à Saint-Emilion, obtient la note de 95-97.

Ses premières impressions le laissait présager, et il avait annoncé que ce millésime serait celui du merlot, beaucoup plus présent dans les assemblages des vins de la rive droite. Mais la rive gauche ne s’en sort pas mal pour autant, certains comme le Château Haut-Brion (93-95) l’ont fait en annonçant un pourcentage record de merlot dans leur assemblage.

Mais celui qui réussit le mieux rive gauche est le Château Mouton Rothschild avec une très belle note de 95-97. Tandis que les les châteaux Latour et Margaux avec des notes de 92-94, talonnent tout juste le dernier des premiers crus, le Château Lafite-Rothschild (93-95).

La catastrophe à Sauternes, et la réussite des blancs secs

“Les vins blancs liquoreux sont très décevants alors que les vins blancs secs sont magnifiques, riches, doux, intenses et mielleux. 2012 est dans cette catégorie de vin un millésime de très haute qualité”.

Voici qui résume plutôt efficacement le résultat en blanc à Bordeaux. Les conditions climatiques ont posé tellement de difficultés en 2012 à Sauternes, que les notes ne sont pas flamboyantes. Ce qui justifie la décision prise par les châteaux d’Yquem, Suduiraut et d’autres de ne pas produire de vin pour ce millésime.

En revanche, comme nous l’avions dit dans un article précédent, le niveau des blancs secs est exceptionnel. En tête de liste, on retrouve le Haut-Brion Blanc avec une excellente note de 98-100, et La Mission Haut-Brion avec une note de 96-98. Le Château Pape-Clément Blanc avec la note de 95-98 suit également de près.

Trois vins blancs secs, dans les dix premiers du classement, un tel évènement est notable à Bordeaux et il convient de le souligner.

La “copie compliquée” du Médoc ponctuée de belles surprises

Pour décrire le millésime 2012 dans le Médoc, Robert Parker a parlé d’une “copie compliquée”. Néanmoins, on remarque certains vins très abordables avec de très bonnes notes.

Un millésime complexe et hétérogène, qui offre justement l’occasion de trouver d’excellents vins à un prix imbattable. Nous faisons le tri dans cette copie pour vous.

L’affaire de l’année, c’est peut-être le Château Rauzan-Ségla, avec une baisse de 37%, le prix public de ce Deuxième Grand Cru Classé, ne s’élève qu’à 41.50€ HT. Robert Parker semble l’avoir apprécié puisqu’il lui a attribué la note de 93-95.

Le Château Cantemerle, Cinquième Grand Cru Classé, s’est vu attribuer la note de 89-91. Pour seulement 21€ HT en prix public, c’est à ne pas manquer. Toujours dans le Médoc, le Château d’Armailhac, lui aussi Cinquième Grand Cru Classé, a obtenu la même note de 88-91 pour seulement 30€ HT en prix public.

A Margaux, le Château Labegorce, offre un très bon rapport qualité-prix, puisqu’il est disponible à 18.50€ HT en prix public, et a obtenu la note de 88-90. A Saint-Emilion, le Chateau Grand Corbin Despagne a lui aussi obtenu une note de 88-90, le prix public de ce Grand Cru Classé de Saint-Emilion est de 17.75€ HT.

3 commentaires sur cet article Voir les commentaires

Article précédent
Lucien, Anthony et Jean-Michel
Article suivant
Nos vignes peuvent-elles être assurées contre tous les risques ?

A lire aussi



Ecrire un commentaire

3 commentaires sur cet article

Edouard

le 30/04/13 à 16:49

Bonjour Nicolas, merci pour votre commentaire. Reignac est malheureusement passé injustement à la trappe de notre sélection "bon s plans 2012". Votre prix est sortie ? Voila peut être la raison, car nous ne l'avons pas... On va en tout cas réparer ça car c'est effectivement une très belle note compte tenu des nombreuses "douches froides" qu'ont pris certains de vos voisins...
Nicolas

le 30/04/13 à 16:19

Et que dire alors d'un Reignac qui a une note de 90-92 et dont le rapport qualité prix est bien au dessus d'un D'armailhac ou d'un Labegorce. Qualifié de "best sleeper of the vintage" par M. Parker... Que demander de plus.
Pour plus d'info voir le blog : blogreignac.blogspot.com
vendre-vins.fr

le 29/04/13 à 18:15

Merci pour cet article résumant bien les notes de Parker.
Cela peut donner des pistes d'achat pour les particuliers cherchant à investir dans le vin.
Pour ce millésime compliqué il faut être très sélectif et ne prendre que les meilleures notes ou les prix raisonnables (y en a t il ???)



Votre commentaire

Veuillez rédiger votre message.

* :
* :
Captcha * :
* :
Envoyer mon commentaire